Drame à Metz

03 juin 2021 15:14; Act: 04.06.2021 08:30 Print

«Il l'a cherchée, l'a trouvée puis lui a tiré dessus»

METZ - Un homme a tiré sur sa femme en pleine rue, vers 14h jeudi, à Metz-Borny. Selon nos informations, il était décidé à se venger de sa femme qui l'a quitté.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Filmée, la scène bouleversante fait le tour des réseaux sociaux depuis plusieurs heures. En pleine rue, dans le quartier de Metz-Borny, un homme court après sa femme, se jette sur elle puis lui tire dessus à deux reprises avant de retourner l'arme contre lui. Très gravement blessée, la victime de 46 ans a été hospitalisée. Également transporté à l'hôpital, l'agresseur a finalement succombé à ses blessures dans la soirée.

Le drame s'est déroulé juste en face de la salle de concert BAM (Boîte à Musiques), symbole de la réhabilitation d'un quartier réputé sensible. Sur place, l'émotion est à son comble. De nombreux témoins ont vu le drame de leurs propres yeux. Y compris le fils du couple, âgé de 14 ans, d'après une source de L'essentiel. Parent de trois enfants, le couple en question s'était séparé, mais le mari, un ouvrier du bâtiment de 48 ans, aurait très mal vécu le divorce en cours.

«Il la menaçait et était violent avec elle»

Au point d'attenter à la vie de son ex-compagne. Le résultat d'une situation qui n'a cessé de dégénérer depuis plusieurs semaines, explique un proche de la victime: «C'est la meilleure amie de ma femme. Je l'ai même aidée à déménager. Elle voulait refaire sa vie. Mais lui ne l'entendait pas de cette oreille. Il la menaçait et était violent avec elle. J'ai d'ailleurs dit à mon épouse de nous méfier que cette situation ne se retourne pas contre nous...».

D'après notre source, l'homme aurait déjà agressé sa femme dans la rue, au centre-ville de Metz, il y a environ un mois. Un événement qui aurait incité la victime de 46 ans à déposer plainte auprès de la police. L'homme se serait procuré une arme dans le quartier. De petit calibre, elle aurait été prêtée, selon nos informations. «Il l'a cherchée, l'a trouvée puis lui a tiré dessus», raconte un voisin de la victime.

«L'horreur, en pleine rue, en plein jour»

Une tentative de meurtre qui rappelle le féminicide d'Hayange, il y a dix jours, lorsqu'un un jeune homme a tué sa compagne en pleine rue. L'affaire avait pris une tournure nationale chez nos voisins français, dans un contexte politique mouvementé sur les relations police-justice et la nécessaire protection des femmes victimes de violence.

La classe politique messine a d'ailleurs largement réagi à cette tentative de meurtre. «Colère contre ceux qui s'arrogent le droit de disposer de la vie d'autrui», a notamment écrit le maire de Metz François Grosdidier (LR). «L'horreur, en pleine rue, en plein jour à Borny. Toute la lumière devra être faite sur ce drame afin d'accentuer, encore, notre action contre les violences conjugales», a également exprimé le député mosellan Ludovic Mendes (LREM).

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tout et son contraire le 03.06.2021 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a déposé plainte une première fois mais, comme d'habitude, ça n'a servi à rien... La justice est une honte !

  • justice le 03.06.2021 17:29 Report dénoncer ce commentaire

    Quand es- ce que la justice va enfin prendre les mesures nécessaires ? Il faut toujours attendre qu'il y ai un drâme. A chaques fois des pleintes sont déposées et il n'y a jamais de suite ? POURQUOI ? nous sommes en 2021 je ne comprenderais jamais comment fonctionne la justice française. HONTEUX.

  • stat le 03.06.2021 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avant hier ma fille s'est fait agressées par 2 voilées à hagondange en plein jour, Pour lui voler son sac. Le vivre ensemble électoral politique, ils ont mis la France à terre.

Les derniers commentaires

  • sand le 06.06.2021 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui dites nous combien alors, je suis curieuse. Je n’ai jamais entendu ça. Il y aurait des hommes prisonniers de leur mariage car les femmes ne demandent pas le divorce... Je ne savais pas que seules les femmes pouvaient demander le divorce. La violence serait la même que de se faire poignarder, tirer dessus ou brûler en pleine rue?! Étrange cette histoire...

  • la vérité qui blesse le 04.06.2021 16:56 Report dénoncer ce commentaire

    si l'homme est instable, pourquoi la femme reste... l'instabilité ne s'est pas imposée après des années mais dès les premières années. Ce sont les choix au départ qui auraient pu éviter ce drame. Evidemment le geste n'est pas justifié mais il faut penser à se protéger si on sait que cela peut arriver. La justice, de quoi parle t on... on peut pas mettre un policier derrière chaque femme

  • verité le 04.06.2021 13:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’était bien plus violent il y a 40 ans et plus courant

  • Mercenaires le 04.06.2021 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    En France la classe politique est en dessous de tout sur le sujet, Ils sont aussi les responsables avec une justice honteuse avec des juges politisés.

  • fanny le 04.06.2021 07:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est clair