En Alsace

11 juillet 2020 20:40; Act: 11.07.2020 20:41 Print

Ils ne veulent pas du projet d'entrepôt d'Amazon

BARR - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi à Barr (Bas-Rhin), pour protester contre un projet d'entrepôt d'Amazon dans une commune voisine.

Sur ce sujet
Une faute?

Les manifestants - 400 à 500 selon les organisateurs, 250 selon la préfecture du Bas-Rhin - se sont réunis devant les locaux de la communauté de communes du Pays de Barr, propriétaire de terrains dans la zone d'activités de Dambach-la-Ville.

C'est dans cette zone que le géant du commerce en ligne aimerait construire, sur un terrain de 17 hectares, un entrepôt de 150 000 m2, selon un collectif d'opposants à l'implantation d'Amazon en Alsace, qui a obtenu des détails auprès des élus. Mille emplois pourraient être créés.

«C'est la collectivité qui a la main pour décider ou non de l'implantation d'Amazon. L'idée était de commencer à faire pression sur les élus, leur faire comprendre que le projet n'est pas viable pour le territoire», a indiqué Clément Charbonnier, porte-parole du collectif réunissant des associations de défense de l'environnement et de commerçants.

«5 000 véhicules de plus par jour»

«Aucun document n'est signé», a rappelé M. Charbonnier, dénonçant «l'opacité» du projet que les habitants ont découvert dans la presse. Sur le parking de la communauté de communes, les manifestants ont empilé des cartons sur lesquels il était écrit: «Stop Amazon», «Non à l'Amazonisation de l'Alsace», ou «Je n'achète pas en ligne, j'achète dans ma zone», selon des clichés publiés sur le site des Dernières Nouvelles d'Alsace.

«Le monde d'Amazon pousse à la consommation, est hégémonique, impose ses règles et même s'il apporte quelques revenus, il fait beaucoup d'optimisation fiscale et beaucoup d'impôts ne sont pas payés», a ajouté M. Charbonnier. Outre les «destructions d'emploi et de terres» qui pourraient être dédiées à nouveau à l'agriculture, «ce sont 5 000 véhicules de plus par jour à Dambach-la-Ville», a souligné M. Charbonnier.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Antipopuliste le 11.07.2020 21:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La France a un taux de chômage tellement bas qu’ils peuvent se permettre de refuser tout projet d’envergure.. ah bah non en fait.

  • Lorrain le 12.07.2020 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien non pour moi, ils ont bien raison et à Frescaty en Moselle on aurait dû se battre bien plus contre cette implantation. C’est bien triste de croire qu’Amazone crée des emplois, c’est un leurre. Ils emploient effectivement quelques personnes sur ces plateformes, dont la très grande majorité du travail est automatisée par des trieurs automatiques mais détruisent bien plus d’emplois dans les commerces régionaux et créent beaucoup de désagréments avec le nombre de véhicules entrant et sortant du site. De plus, les commerçants locaux paient des impôts, ce qu’Amazone ne fait jamais ou très peu en regard du chiffre d’affaires et large dégagés.

  • Patapouf57 le 12.07.2020 01:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si tu parlais du Luxembourg ? Analyse le commerce luxembourgeois et tu pourras la ramener. ;-)

Les derniers commentaires

  • Luxo le 12.07.2020 15:07 Report dénoncer ce commentaire

    un employé d'Amazon remplace 10 libraires. Comment peut on faire un achat sur Amazon sans savoir que son colis sera préparer par un employé robot qui sera bientôt remplacer par un véritable robot qui chargera le colis sur un drone ou un camion sans chauffeur. Toutes les terres cultivable doivent être préservées. Sur 17 ha il est possible de créer 170 emplois de paysan maraîcher non délocalisables,

  • Sowat le 12.07.2020 10:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @bourreau : si votre commentaire est ironique je suis d'accord, si non renseignez-vous sur Amazon, vous comprendrez !

  • Phi le 12.07.2020 07:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les GAFA vous Rapporte rien , que de la pollution tout genre destruction du paysage et misère.

  • Lorrain le 12.07.2020 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien non pour moi, ils ont bien raison et à Frescaty en Moselle on aurait dû se battre bien plus contre cette implantation. C’est bien triste de croire qu’Amazone crée des emplois, c’est un leurre. Ils emploient effectivement quelques personnes sur ces plateformes, dont la très grande majorité du travail est automatisée par des trieurs automatiques mais détruisent bien plus d’emplois dans les commerces régionaux et créent beaucoup de désagréments avec le nombre de véhicules entrant et sortant du site. De plus, les commerçants locaux paient des impôts, ce qu’Amazone ne fait jamais ou très peu en regard du chiffre d’affaires et large dégagés.

    • coucouvous le 12.07.2020 10:31 Report dénoncer ce commentaire

      bin alors retourne planter tes patates dans ton champs et ne sors plus de chez toi

    • John Doe le 12.07.2020 11:01 Report dénoncer ce commentaire

      euh detruire le commerce local, il n'y a pas besoin d'Amazon pour cela. 1 h de parking à 2,5 euros en ville, des marges de fous sur les produits vendus, en général pas de stock ou pas le produit voulu bref il n'y a pas photo, j'achète sur Amazon. Et c'est vrai qu'en cette période, on peut faire la fine bouche quand on licencie à tour de bras.

  • madiou le 12.07.2020 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Certains sont tellement bien dans leur confort quotidien qu’ils ne pensent même plus aux chercheurs d’emplois et qu’ils préfèrent voir un pays d’assistés d’aides de l’état. La France n’ira pas loin comme ça et surtout en cette période de crise économique. Quelle triste exemple pour notre future génération. Et après, nous nous demandons pourquoi le pays voisin réussit mieux économiquement.