En France/Grand-Est

05 août 2019 20:40; Act: 06.08.2019 09:48 Print

Incarcéré pour violences mortelles sur son bébé

MULHOUSE - Un père de 30 ans, soupçonné de violences sur son garçonnet âgé de 11 mois, décédé samedi dans une clinique à Mulhouse, a été mis en examen et incarcéré lundi.

storybild

L'homme a été mis en examen pour «violences sur mineur de moins de 15 ans par ascendant ayant entraîné la mort sans intention de la donner», puis placé en détention provisoire, selon le parquet de Mulhouse.

Sur ce sujet
Une faute?

Un garçonnet est décédé samedi matin, une heure après sa prise en charge dans le service des urgences d'une clinique à Mulhouse, où ses parents l'avaient conduit, en arrêt cardiorespiratoire, pour des troubles respiratoires. Les parents, qui ne vivent plus ensemble, ont été interpellés à l'hôpital et placés en garde à vue.

Selon leurs explications, le père avait récupéré samedi matin son enfant pour la journée chez sa mère. Après l'avoir installé dans son véhicule, il avait remarqué que son fils présentait des troubles respiratoires. «Il se serait arrêté et l'aurait pris en main pour voir ce qui n'allait pas. Il l'aurait peut-être mal pris en main, il y aurait eu un mauvais geste», a précisé l'avocat du suspect, Alex Civallero. «L'enfant convulsait. Il a essayé de lui faire un massage et du bouche-à-bouche, mais son état ne s'améliorait pas», a-t-il ajouté.

Le père, placé en détention provisoire

«Pour mon client, nous sommes dans le registre de l'accident et certainement pas dans le geste volontaire», a souligné Me Civallero. Le père est alors retourné au domicile de son ex-compagne, puis ils se sont rendus aux urgences. La garde à vue de la femme, âgée de 40 ans et mère d'autres enfants nés de différentes unions, a été levée dimanche en fin d’après-midi.

Son ancien compagnon a été mis en examen pour «violences sur mineur de moins de 15 ans par ascendant ayant entraîné la mort sans intention de la donner», puis placé en détention provisoire, selon le parquet de Mulhouse. Une autopsie du garçonnet est prévue mercredi. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la sûreté départementale de Mulhouse.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • A méditer le 05.08.2019 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Laissons l'enquête faire son travail, ce n'est pas encore très clair le déroulement de ce drame, qui pourrait être accidentel.

Les derniers commentaires

  • A méditer le 05.08.2019 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Laissons l'enquête faire son travail, ce n'est pas encore très clair le déroulement de ce drame, qui pourrait être accidentel.

    • Nimportekoi le 06.08.2019 08:27 Report dénoncer ce commentaire

      exactement ...