Greenpeace France

02 janvier 2018 11:58; Act: 02.01.2018 16:39 Print

Intrusion à Cattenom: le procès renvoyé?

THIONVILLE - Greenpeace est convoquée mercredi devant le tribunal correctionnel de Thionville après l'intrusion de militants à Cattenom, mais le procès pourrait être renvoyé.

storybild

Greenpeace dit avoir tiré un feu d'artifice tout près du bâtiment abritant la piscine à combustibles. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les huit militants et l'organisation Greenpeace France, représentée par son directeur général, Jean-François Julliard, sont poursuivis pour «intrusion en réunion et avec dégradation dans l'enceinte d'une installation civile abritant des matières nucléaires». Ils encourent cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Que le directeur général soit poursuivi en tant que représentant de l'ONG, «c'est une première, c'est un des buts de la loi: la possibilité d'atteindre Greenpeace avec une peine d'amende élevée», a réagi Me Alexandre Faro, avocat de l'association.

Deux textes sanctionnaient déjà l'intrusion sur un site: «La violation de domicile et locaux professionnels» et «l'introduction non autorisée dans un bâtiment intéressant la défense nationale», délits passibles d'un an de prison. «Il a fallu en créer un troisième, voté en 2015», auquel le législateur «a ajouté des circonstances aggravantes, en réunion et avec dégradation pour durcir les peines», a déploré Me Faro. En 2014, 55 militants de l'organisation écologiste avaient été condamnés à deux mois de prison avec sursis pour s'être introduits dans la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) et neuf avaient écopé de six mois avec sursis pour une action similaire à Nogent-sur-Seine (Aube).

Demande de renvoi à l'ouverture de l'audience

Huit activistes de Greenpeace avaient été interpellés à l'aube le 12 octobre, après avoir pénétré dans la centrale de Cattenom pour alerter sur la vulnérabilité des sites nucléaires. Ils avaient diffusé sur le compte Twitter de Greenpeace la vidéo du feu d'artifice qu'ils disent avoir tiré tout près du bâtiment abritant la piscine à combustibles. La préfecture de Moselle et EDF ont soutenu que les militants n'avaient pas accédé à la zone nucléaire.

Le conseil de Greenpeace France a indiqué qu'il solliciterait le renvoi du procès à l'ouverture de l'audience, notamment parce qu'il n'a pas reçu les conclusions de l'avocat d'EDF. EDF, qui n'a pas souhaité s'exprimer sur la procédure judiciaire, avait, par la voix du directeur adjoint du parc nucléaire, Olivier Lamarre, qualifié les militants d'«irresponsables», car ils ont joué avec leur vie pour «une opération de communication».

Selon M. Lamarre, Greenpeace «n'a rien démontré, sinon que le dispositif de sécurité a fonctionné parfaitement». Deux jours avant l'intrusion, Greenpeace avait publié un rapport d'experts mettant en doute la capacité de résistance des bâtiments abritant les piscines d'entreposage. Pouvant contenir plus de combustibles que les cœurs des réacteurs, ces piscines ne sont pas protégées par des enceintes renforcées, ce qui les expose davantage au risque d'attaques extérieures, selon l'ONG.

Le reportage de Jonathan Vaucher pour «L'essentiel Radio» après l'intrusion des militants sur le terrain de la centrale:

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Juste le 02.01.2018 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Puisque l'état fait ces Lois alors il faut porter plainte contre l'état pour mise en danger volontaire : la preuve est Là des personnes peuvent rentrer , alors !!!!!!!!!!

  • Lux le 02.01.2018 22:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Greenpeace! Etat, tu devrais protéger tes citoyens ! Heureusement qu’il existe des facteurs qui démontrent que le gros bouffe les petits sans gènes, avec cruauté, avec vol .... les CNucléaires sont aussi graves si pas plus que le nazisme de 40-45 ! Ouvrez les yeux ! Greenpace ne tue ni n’élimine les vivants !!!

  • Link le 03.01.2018 10:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Greenpeace voulait juste montrer que n'importe quelle terroriste peut entrer dans le site. Vu la logique des choses c'est pourtant évident que c'est la centrale nucléaire qui devrait payer une amende pour ne pas répondre aux exigences de sécurité nécessaire contre les attaques terroristes. La sagesse n'existe plus dans ce monde. Tout est une question d'argent. C'est triste...

Les derniers commentaires

  • Link le 03.01.2018 10:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Greenpeace voulait juste montrer que n'importe quelle terroriste peut entrer dans le site. Vu la logique des choses c'est pourtant évident que c'est la centrale nucléaire qui devrait payer une amende pour ne pas répondre aux exigences de sécurité nécessaire contre les attaques terroristes. La sagesse n'existe plus dans ce monde. Tout est une question d'argent. C'est triste...

  • inem le 03.01.2018 06:43 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que ce n'est "que Greenpeace" qui ait pu entrer....

  • Lux le 02.01.2018 22:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Greenpeace! Etat, tu devrais protéger tes citoyens ! Heureusement qu’il existe des facteurs qui démontrent que le gros bouffe les petits sans gènes, avec cruauté, avec vol .... les CNucléaires sont aussi graves si pas plus que le nazisme de 40-45 ! Ouvrez les yeux ! Greenpace ne tue ni n’élimine les vivants !!!

  • Alex le 02.01.2018 18:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils méritent une peine de prison exemplaire. Tout le monde doit respecter la loi, si on s’introduit illégalement sur un site on doit assumer et finir derrière les barreaux.

    • @alex le 03.01.2018 09:21 Report dénoncer ce commentaire

      il n' y aura pas de peine de prison, nous sommes en France... à bon entendeur

    • Andrie le 03.01.2018 09:31 Report dénoncer ce commentaire

      Mais pkoi donc de la prison...ce ne sont que de pauvres lanceurs d'alertes!! Un peu comme un Deltour...HIHIHIHIHI..Si Deltour ne mérite pas la prison ses braves gens de Greenpeace qui eux dénoncent des vrais problèmes et lacunes pouvant mettre la vie d'autrui en danger ne la méritent pas non plus...eux au moins ils font vraiment qq chose d'important pour la société contrairement au premier cité!

  • Juste le 02.01.2018 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Puisque l'état fait ces Lois alors il faut porter plainte contre l'état pour mise en danger volontaire : la preuve est Là des personnes peuvent rentrer , alors !!!!!!!!!!

    • la boucle le 02.01.2018 15:27 Report dénoncer ce commentaire

      IL existe des lois limitant les possibilités de recours contre l'Etat.