France/Grand Est

17 septembre 2021 10:12; Act: 17.09.2021 11:53 Print

L'IA entre au bloc opératoire au CHU de Strasbourg

STRASBOURG - au CHU de Hautepierre, l'intelligence artificielle assiste les soignants lors d'opérations afin de mieux prévenir et gérer les risques liés à l'hypotension artérielle.

storybild

Le dispositif est réservé aux patients les plus fragiles, âgés et/ou porteurs de comorbidités. (photo: AFP/Frederick Florin)

Sur ce sujet
Une faute?

Un «super coach» pour opérer avec plus de sécurité les patients fragiles: au CHU de Hautepierre à Strasbourg, l'intelligence artificielle (IA) assiste désormais les soignants lors d'opérations afin de mieux prévenir et gérer les risques liés à l'hypotension artérielle. Pour un œil non initié, rien ne distingue ce moniteur des nombreux écrans présents dans la salle d'opération, chargés de traduire les fonctions vitales des patients en chiffres et en courbes.

Mais depuis plusieurs mois, il revêt pour les soignants du CHU une importance toute particulière: lors de certaines interventions chirurgicales, ses «supercalculateurs» analysent une multitude de données pour alerter l'équipe médicale lorsque se profile un risque d'hypotension, véritable «danger» pour le patient dont les organes risquent alors de ne plus être suffisamment oxygénés, explique le Dr Éric Noll, médecin anesthésiste à Hautepierre.

Développé par la firme américaine Edward Lifesciences, ce dispositif est en train d'être déployé en Europe et aux États-Unis, développe-t-il. Hautepierre, qui en a acquis un exemplaire (28 000 euros pièce), l'a intégré en septembre 2020 dans sa routine opératoire pour ses patients les plus à risques et dit être le premier hôpital français à l'utiliser. Une trentaine de soignants, principalement en chirurgie orthopédique et traumatologique, ont été formés à cet outil.

Une alerte sonore

Relié au patient par un cathéter artériel, la machine analyse en temps réel et «de manière extrêmement détaillée les variations de pression» artérielle et les «compare à une base» de données de milliers de patients, une opération impossible à réaliser pour un esprit humain, explique Éric Noll.

Ses «supercalculateurs» font alors des «liens statistiques» et déterminent une probabilité que survienne rapidement une hypotension, poursuit le Dr Julien Pottecher, chef du service d'Anesthésie-Réanimation de Hautepierre. Lorsque cette probabilité atteint 85%, l'intelligence artificielle lance une alerte sonore, alors même que le patient n'est pas encore hypotendu: cela donne «quelques secondes d'avance précieuses» pour analyser ce qui ne va pas et préparer le traitement adéquat, «avant que la tension ne soit en dessous du seuil critique».

Cibler la médication la plus appropriée

Certes, cela fait longtemps que la pression artérielle est monitorée lors des opérations, et le personnel médical est largement formé pour réagir en cas de baisse anormale. «Mais le traitement n'est pas immédiat: une perfusion, administrer un médicament, ça met un certain temps à se préparer», explique Éric Noll. «Un temps incompressible» de plusieurs minutes «pendant lesquelles la pression est en dessous du niveau recommandé», renchérit le Dr Pottecher.

Désormais, l'IA est même «en mesure de nous dire quelle est la composante qui expliquerait l'hypotension», ce qui permet d'anticiper et de cibler la médication la plus appropriée, souligne-t-il.

Un «supercoach», en somme, qui donne «plus de sécurité, permet d'opérer des patients de plus en plus fragiles et d'avoir de moins en moins de complications», s'enthousiasme le Dr Noll. Le dispositif est réservé aux patients les plus fragiles, âgés et/ou porteurs de comorbidités. Une vingtaine en a bénéficié à ce jour et le CHU le cantonne pour l'instant à une centaine d'opérations par an.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • IA par ci… le 17.09.2021 12:02 Report dénoncer ce commentaire

    A lire la description du système, ce n’est pas de l’IA, mais tout au plus ce qu’on appelait autrefois un « système expert ». Évidemment, c’est plus vendeur quand on parle d’IA aujourd’hui. Ceci dit, l’introduction de ce genre de machine a quelques avantages dans le déroulement des interventions: ça rappelle au chirurgien qu’une TA nulle, qui serait idéale pour opérer confortablement, a une fâcheuse tendance à tuer le patient, et ça permet à l’anesthésiste d’être rappelé à temps dans la salle lorsqu’il travaille sur plusieurs opérations en parallèle.

  • Mike le 17.09.2021 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut commencer a virer des enfermieres et medicens.

  • L' eau. le 17.09.2021 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans quelques années des robots sans émotions ce qui ne va rien changer a l époque actuelle vont vous soigner. Ces machines auront le pouvoir de s améliorer eux même. Les écoles de médecine vont peut a peut disparaître. Le projet covid et ses vaccins c est pour nous préparer à être géré par l intelligence artificielle. Avez vous jamais entendu parler de vie et de mort.

Les derniers commentaires

  • Mike le 17.09.2021 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut commencer a virer des enfermieres et medicens.

    • Mila le 17.09.2021 16:00 Report dénoncer ce commentaire

      Oui bien sur ils et elles peuvent aller travailler dans des chantier au moins pour le moment

  • IA par ci… le 17.09.2021 12:02 Report dénoncer ce commentaire

    A lire la description du système, ce n’est pas de l’IA, mais tout au plus ce qu’on appelait autrefois un « système expert ». Évidemment, c’est plus vendeur quand on parle d’IA aujourd’hui. Ceci dit, l’introduction de ce genre de machine a quelques avantages dans le déroulement des interventions: ça rappelle au chirurgien qu’une TA nulle, qui serait idéale pour opérer confortablement, a une fâcheuse tendance à tuer le patient, et ça permet à l’anesthésiste d’être rappelé à temps dans la salle lorsqu’il travaille sur plusieurs opérations en parallèle.

  • L' eau. le 17.09.2021 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans quelques années des robots sans émotions ce qui ne va rien changer a l époque actuelle vont vous soigner. Ces machines auront le pouvoir de s améliorer eux même. Les écoles de médecine vont peut a peut disparaître. Le projet covid et ses vaccins c est pour nous préparer à être géré par l intelligence artificielle. Avez vous jamais entendu parler de vie et de mort.

    • @L'eau le 17.09.2021 11:56 Report dénoncer ce commentaire

      eyeyey quelle argumentation pour revenir aux théories conspirationniste du Covid.

    • Allô? le 17.09.2021 12:09 Report dénoncer ce commentaire

      Si on suit votre raisonnement, les agriculteurs vont aussi disparaître dans les années qui viennent, ainsi que toutes les autres professions qui produisent vraiment quelque chose d’utile. Il ne restera que quelques inventeurs de produits financiers et artistes (et encore, de nos jours même des ordinateurs font de l’art). Mais comme vous croyez à un « projet covid » je présume que votre imagination va encore plus loin.

    • Julie le 17.09.2021 12:46 Report dénoncer ce commentaire

      @L'eau, il faut arrêter, tu es grave là, je ne sais pas ce que tu manges ou tu fumes...

    • L' eau. le 17.09.2021 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Il n y a aucune conspiration contre la projet covid.Protéger la planète et ses ressources et le gaspillage est une nécessité. Heureusement que le monde est sous surveillance et que la décision est dure,une nouvelle ère va naître ou évolution on peut l appeler comme on le sent. Mais une chose est sûr énormément de chose vont changer. Dans 15 années le monde de hier aura disparu.

    • Sam1952 le 17.09.2021 13:26 Report dénoncer ce commentaire

      Il aura moins d’erreurs médicales , c’est déjà une bonne chose !