France/Grand Est

03 mai 2019 08:42; Act: 03.05.2019 09:12 Print

La direction de la Fnac à Metz filmait ses employés

METZ - Les représentants du personnel de la Fnac de Metz ont déposé plainte. La direction les espionnait jusque dans les toilettes.

storybild

La caméra filmait jusqu'à l'entrée des toilettes. (photo: AFP/Eric Piermont)

Sur ce sujet
Une faute?

Les employés de la Fnac de Metz étaient filmés à leur insu par la direction, rapporte Le Républicain lorrain. La direction de l'enseigne, qui a longtemps nié les faits, avait placé des caméras pour filmer le local syndical ou encore la porte des toilettes. Selon le journal local, la direction n'a pas été en mesure de fournir des explications sur ces faits. Une plainte vient d'être déposée par les représentants du personnel, qui suspectaient ce comportement depuis 2012.

«Il n'y a jamais eu de mise en conformité avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés. Le comité d'entreprise n'a jamais été consulté», affirme Christelle Schaeffer, déléguée syndicale, au Républicain lorrain. Les salariés avaient vu de nombreuses caméras être installées au moment du déménagement, mais n'imaginaient alors pas que leur utilisation se ferait en dépit des règles.

«Accroître son pouvoir»

Depuis 2012, la direction expliquait aux salariés que la caméra filmant le local syndical n'était enclenchée qu'en soirée, après le départ des travailleurs: «On nous affirmait qu'il ne s'agissait que d'un système utile en cas d'intrusion». En fait, la caméra filmait en permanence et «les agents de sécurité recevaient les images sur leur téléphone». Ce qui laisse présumer que les responsables de la Fnac pouvaient surveiller les faits et gestes de salariés et savoir qui sollicitait le syndicat.

Les employés sont plutôt choqués, témoigne la syndicaliste, qui s'interroge toujours sur l'utilité d'une caméra face aux toilettes. L'avocat des représentants du syndicat y voit un moyen pour la direction «d'accroître son pouvoir» en se procurant «de manière déloyale des informations». La direction a mis les caméras décriées hors-service. Mais est visée par une plainte pour entrave et atteinte à la vie privée. Les salariés disent avoir perdu confiance.

(L'essentiel)