France/Grand Est

31 mars 2018 13:53; Act: 31.03.2018 14:06 Print

La flamme du FN vacille dans le Grand Est

METZ - Depuis 2015, le groupe régional du Front national est passé de 46 à 28 élus. Le parti doit composer avec de nombreux départs.

storybild

Sept conseillers ont quitté le groupe régional du parti de Marine Le Pen ces derniers jours. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«Je préférerais oublier (...) le fameux débat de la présidentielle car c'est ce soir-là que la flamme en moi s'est éteinte», affirme Thierry Gourlot, ancien conseiller régional du Grand Est, pour expliquer son départ du Front national. Outre la joute que la dirigeante frontiste a admis avoir «ratée» face à Emmanuel Macron, cet élu de Moselle ne se reconnaît pas dans le «slogan "ni droite-ni gauche"» de Florian Philippot, ancien bras droit de Mme Le Pen, parti en septembre fonder son propre parti.

Ce retraité de la SNCF qui se revendique de la «droite libérale conservatrice» a rejoint jeudi le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) avec quatre autres élus frontistes. En tout, sept conseillers ont quitté le groupe régional, qui a fondu à 28 élus, au lieu de 46, depuis les régionales de 2015. Onze d'entre eux avaient déjà quitté le FN en septembre, en suivant leur ex-tête de liste Florian Philippot. Le FN a déjà connu des départs après les municipales de 2014.

(L'essentiel/afp)