Peste porcine africaine

13 octobre 2018 15:32; Act: 14.10.2018 11:48 Print

La Lorraine agit pour éviter la propagation

LONGWY - Forêts interdites aux particuliers et chasseurs, installation de clôtures: la Lorraine a renforcé les mesures pour éviter la propagation de la peste porcine africaine.

storybild

La maladie est très difficile à maîtriser car il n'existe pas de vaccin efficace. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«On ne prétend pas que la clôture et les répulsifs seront une barrière infranchissable, puisque la peste peut se diffuser de plusieurs manières, mais il fallait tenter quelque chose», explique le président de la Fédération de chasse, Patrick Massenet. «On ne peut plus rester les bras ballants en faisant des réunions à parler de la peste porcine», ajoute-t-il. En lien avec la préfecture de Meurthe-et-Moselle, la Fédération de chasse du département et les agriculteurs vont installer, ce week-end, clôtures et répulsifs à sangliers sur une trentaine de kilomètres le long de la frontière belge.

La pose de clôtures pour limiter les mouvements des sangliers est prévue dans l'un des deux arrêtés ministériels relatifs aux mesures de protection et de surveillance pris cette semaine pour prévenir la propagation du virus dans les Ardennes, la Meuse et la Meurthe-et-Moselle. Les clôtures électriques seront installées à des endroits stratégiques. «Avec mes chasseurs, on a une grande connaissance des passages des sangliers entre la France et la Belgique», précise M. Massenet.

«79 cadavres de sangliers porteurs du virus»

Les préfectures des Ardennes, de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle ont interdit les loisirs (promenade, cueillette des champignons, sports...), la chasse et les activités professionnelles en forêt dans une zone d'observation renforcée (Zor) délimitée le long de la frontière belge, portant sur 41 communes en Meuse et 50 en Meurthe-et-Moselle. Dans les Ardennes, cette zone a toutefois été réduite à l'ouest, passant de 43 à 22 communes, une reprise de la chasse étant désormais autorisée dans les 21 communes sorties du périmètre, a indiqué samedi la préfecture de ce département.

La présence de la peste porcine africaine a été détectée en Belgique le 13 septembre et depuis «79 cadavres de sangliers ont été retrouvés porteurs du virus», selon le ministère wallon de l'Agriculture. Aucun porc malade n'a encore été recensé dans une exploitation située dans le secteur concerné, une zone forestière du sud du pays. Mais par mesure de précaution, quelque 4 000 porcs ont été abattus dans ce périmètre jugé à risque.

La maladie avance «de 500 m à deux km par mois»

Pour l'heure, la France est épargnée par cette épizootie, qui touche les suidés ou porcins et se transmet par contact entre animaux. «Mais elle peut également se disséminer par des mouvements de véhicules, de personnes en provenance des zones infectées ou par l'intermédiaire de denrées alimentaires contaminées», a souligné la préfecture de la Meuse. «Si la peste porcine voyage avec l'activité humaine, on ne pourra plus rien faire», soupire le président des chasseurs de Meurthe-et-Moselle.

Selon lui, la maladie «avance de 500 m à deux km par mois, mais en Belgique, elle a progressé de quatre à cinq km depuis un mois. Et là, elle est à 5 km de la frontière». La perspective d'une contamination inquiète la filière porcine, déjà fragile. «Les éleveurs sont forcément angoissés avec le spectre de la peste porcine qui pourrait leur tomber dessus», a indiqué le président de la FDSEA de Meurthe-et-Moselle, Luc Barbier.

La maladie est très difficile à maîtriser car il n'existe pas de vaccin efficace. Elle est mortelle à 100% pour les animaux touchés, ce qui inflige d'importantes pertes économiques. Les élevages lorrains et ardennais sont soumis à une surveillance renforcée depuis un mois. Les mesures à destination des professionnels, des particuliers et des chasseurs sont applicables jusqu'au 20 octobre, mais pourraient être reconduites selon l'évolution de la situation sanitaire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 13.10.2018 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de tuer 4000 cochons, pour rien... N'est il pas préférable de tuer la petite centaine de sanglier de cette région?

Les derniers commentaires

  • Luxo le 13.10.2018 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de tuer 4000 cochons, pour rien... N'est il pas préférable de tuer la petite centaine de sanglier de cette région?