En Alsace

13 septembre 2018 12:16; Act: 13.09.2018 12:37 Print

La patrouille équestre veille aux grains

SOULTZ - Sur la célèbre route des vins en Alsace, une patrouille équestre veille sur le vignoble.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Sur les hauteurs de Soultz-Haut-Rhin, dans le vignoble alsacien, une brigade verte patrouille à cheval pour lutter contre les vols de grappes et les incivilités en période de vendanges. «Le cheval, c’est le meilleur moyen pour aller dans les endroits où les véhicules ne peuvent pas se rendre», assure Nicolas Krust, 52 ans, cavalier de la brigade verte du Haut-Rhin. Monté sur Jason, il s’apprête à parcourir environ 40 kilomètres de vignobles dans la journée, entre chemins de terre et coteaux pentus, pour dissuader d’éventuels chapardeurs.

En septembre, les vendanges battent leur plein à Soultz. La récolte du crémant d’Alsace est terminée, mais de nombreux cépages attendent leur tour, vulnérables. «Ce sont rarement des gros coups. Mais des vols de quelques grappes de muscat, on nous en signale souvent», explique Daniel Dagon, binôme de Nicolas Krust. Un vol de raisins expose son auteur à une amende pouvant aller jusqu’à 500 euros et la transmission d’un procès-verbal au procureur de la République de Colmar, qui décide des suites de l’enquête.

Présence dissuasive

«Encore faut-il être là pour le constater», concède Nicolas Krust, qui procède à une ou deux verbalisations de ce genre par an seulement. Gewurztraminer, pinot, muscat..., les parcelles défilent sous les sabots des chevaux, qui s’arrêtent parfois pour brouter de l’herbe ou avaler une grappe de raisins. Autour des vignes, des joggeurs, cyclistes ou randonneurs interrompent leur activité pour échanger avec les deux hommes ou caresser leurs montures. Sans méfait à constater en début de matinée, les brigadiers assument volontiers leur rôle d’ambassadeur d’une pratique respectueuse de l’environnement.

«Depuis plusieurs années déjà, on n’a plus trop de problèmes de vol. C’est grâce aux brigades vertes», estime Roland Martin, maire de la commune voisine de Wuenheim. «Elles sont une présence dissuasive pour éviter le vandalisme, les vols et faire de la prévention», ajoute Denis Meyer, maire de Soultz.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • I like le 13.09.2018 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    superbe idée, écolo, originale!

  • Le Belge le 13.09.2018 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le cas de le dire, j'adore le titre et c'est un article intéressant.

  • Vieille tradition le 13.09.2018 22:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vol dans les exploitations c'est vieux comme le monde. Quand j'étais gamin, avec mes cousins on allait manger des cerises, des pommes, des abricots sur les arbres et puis une ou deux fois on se prenait du plomb dans les fesses de la part des fermiers. Vraiment, du plomb, après on se prenait une bonne raclée des parents pendant qu'ils nous emmenaient à l'hôpital, et puis ensuite on comprenait la règle. C'était les méthodes radicales de l'époque, douloureux mais ça marchait plutôt bien.

Les derniers commentaires

  • Vieille tradition le 13.09.2018 22:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vol dans les exploitations c'est vieux comme le monde. Quand j'étais gamin, avec mes cousins on allait manger des cerises, des pommes, des abricots sur les arbres et puis une ou deux fois on se prenait du plomb dans les fesses de la part des fermiers. Vraiment, du plomb, après on se prenait une bonne raclée des parents pendant qu'ils nous emmenaient à l'hôpital, et puis ensuite on comprenait la règle. C'était les méthodes radicales de l'époque, douloureux mais ça marchait plutôt bien.

  • Le Belge le 13.09.2018 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le cas de le dire, j'adore le titre et c'est un article intéressant.

  • TLeBelge le 13.09.2018 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    Et le pauvre cheval qui s'arrête pour avaler une grappe il est verbalisé aussi ?? Non franchement, par les temps qui courent est-ce qu'on ne pourrait-pas utiliser ces 63 personnes de facon plus efficace ??? Mais bon pour celui qui aime l'équitation ca doit être sympa c'est sur !

    • Fred le 14.09.2018 18:43 Report dénoncer ce commentaire

      @ TLeBelge: Tu en connais beaucoup toi des chevaux qui mange du raisin??? De plus ils ne traverses les vignes qu'au trot pour attraper les voleurs éventuel sinon sont sur les chemin agricole.

  • I like le 13.09.2018 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    superbe idée, écolo, originale!

    • Le Belge le 13.09.2018 18:33 Report dénoncer ce commentaire

      Moi j'aime bien les policiers à cheval, ils sont souvent très sympathiques.Qui aime les bêtes...