En Belgique

16 décembre 2019 11:33; Act: 16.12.2019 11:46 Print

La terrible bataille des Ardennes remémorée

BASTOGNE - 75 ans après la bataille des Ardennes, des hommages officiels sont rendus lundi en Belgique et au Luxembourg, aux dizaines de milliers de soldats tués.

storybild

Le cortège officiel se dirigera vers le Luxembourg, en après-midi, au cimetière militaire de Hamm, où repose George S. Patton avec quelque 5 000 soldats américains. (photo: AFP/Dirk Waem)

Sur ce sujet
Une faute?

Cette bataille fut la dernière offensive allemande de la Seconde Guerre mondiale, lancée par surprise le 16 décembre 1944. La Belgique est alors libérée depuis trois mois et le front s'est stabilisé à la frontière allemande.

Personne ne s'attend à cet encerclement que vont imposer les troupes de la Wehrmacht aux soldats américains de la 101e division aéroportée piégés à Bastogne (sud de la Belgique). Les combats effroyables, qui s'étendent à toute la région dans un froid polaire, durent six semaines jusqu'à la victoire alliée fin janvier 1945.

Discours de vétérans

Lundi, pour le 75e anniversaire de l'offensive, le mémorial du Mardasson, érigé sur une colline de Bastogne en hommage aux soldats américains tués, accueillera une cérémonie officielle, point d'orgue d'un week-end entier de commémorations dans cette ville.

Y sont attendus à 10h45 (9h45 GMT), à l'invitation du roi des Belges Philippe et de la Première ministre Sophie Wilmès, le ministre américain de la Défense Mark Esper, le président allemand Frank-Walter Steinmeier et son homologue polonais Andrzej Duda. Canada, Royaume-Uni, Pays-Bas et Luxembourg seront également représentés, ainsi que la France. Un ancien combattant américain de 96 ans doit prononcer un discours. «C'est probablement la dernière fois que l'on peut voir des vétérans de cette bataille, à l'occasion d'une commémoration majeure», a souligné Mark Esper, devant des journalistes dans l'avion qui l'emmenait en Belgique.

Cimetière de Hamm

Le chef du Pentagone a lui-même servi dans la 101e division aéroportée, lors de la première guerre du Golfe (1990-91), et voit ce déplacement à Bastogne comme un grand moment «tant professionnel que personnel». Le cortège officiel se dirigera ensuite vers le Luxembourg, où un deuxième rendez-vous est fixé à 15h30 (14h30 GMT), au cimetière militaire de Hamm, où repose George S. Patton, avec quelque 5 000 soldats américains. Décédé en décembre 1945 des suites d'un accident en Allemagne, le général avait tenu à être enterré à Hamm, avec ses hommes.

George Patton est un héros des Ardennes, rappelle Mathieu Billa, directeur du Bastogne War Museum. Le général américain, raconte à l'AFP ce licencié en histoire, a accouru depuis l'Est de la France avec ses hommes de la 3e armée pour aider ses compatriotes piégés à Bastogne par l'ennemi. L'objectif allemand est alors de reconquérir le port d'Anvers. Et Patton, à l'époque âgé de 59 ans, est propulsé «au sommet de sa gloire» quand il parvient à «couper l'encerclement» des militaires américains dont l'armée d'Adolf Hitler exigeait la reddition.

Des invités de marque

Quelques jours plus tôt, le général américain Anthony McAuliffe avait balayé cette demande d'un «Nuts!» («Des clous!» au sens figuré).

Une expression entrée dans la légende à Bastogne et dont la ville s'est servie pour baptiser les commémorations du «Nuts week-end». Avec des invités de marque comme Nancy Pelosi, cheffe des démocrates au Congrès américain et principale opposante au président Donald Trump, venue à la tête d'une délégation de parlementaires démocrates et républicains. Dimanche, Mme Pelosi a été reçue à Luxembourg par le Premier ministre du Grand-duché, Xavier Bettel, qui a rendu hommage aux «sacrifices que le peuple américain a consentis» pour libérer son pays il y a 75 ans.

Environ 600 000 soldats américains ont été déployés pour la bataille des Ardennes, pour plus de 400 000 allemands et 25 000 Britanniques, selon Mathieu Billa. Outre les 30 000 à 40 000 soldats tués, les combats ont aussi fait quelque 3 000 victimes civiles, dans des bombardements ou des massacres commis par la Waffen-SS.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bon sens le 16.12.2019 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument que les jeunes aillent visiter tous ces endroits malheureusement célèbres par ces guerres atroces ! Ça leur ferait réfléchir à 2 fois avec des idées nationalistes extrémistes.

  • Des "Djais" le 16.12.2019 18:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très très peu mention des ravages du côté luxembourgeois...on dirait que rien ne s'est passé dans l'Oesling...et des centaines de victimes civiles des 2 côtés de la frontière.

  • Jeanpaul le 16.12.2019 18:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le général G. Patton repose, selon sa volonté, dans ce cimetière auprès de ses hommes qui ont combattu à ses côtés.D'après des historiens, il aurait été élu président des Etats-Unis si ce soit disant accident ne lui aurait pas enlevé la vie.

Les derniers commentaires

  • Des "Djais" le 16.12.2019 18:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très très peu mention des ravages du côté luxembourgeois...on dirait que rien ne s'est passé dans l'Oesling...et des centaines de victimes civiles des 2 côtés de la frontière.

  • Jeanpaul le 16.12.2019 18:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le général G. Patton repose, selon sa volonté, dans ce cimetière auprès de ses hommes qui ont combattu à ses côtés.D'après des historiens, il aurait été élu président des Etats-Unis si ce soit disant accident ne lui aurait pas enlevé la vie.

  • Palamunitan le 16.12.2019 15:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut pas oublier Malmédy...

  • Piège le 16.12.2019 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Né à Bastogne, j'avais 6 mois quand mes parents se sont réfugiés dans une ferme dans le village de Mont, en face du Mardasson pour essayer d'échapper aux tirs d'obus concentrés sur le centre de Bastogne. Bien triste de ne pas avoir évoqué plus clairement les dizaines, centaines de victimes civiles lors de ces commémorations.

  • Bon sens le 16.12.2019 13:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument que les jeunes aillent visiter tous ces endroits malheureusement célèbres par ces guerres atroces ! Ça leur ferait réfléchir à 2 fois avec des idées nationalistes extrémistes.

    • Christian le 16.12.2019 14:36 Report dénoncer ce commentaire

      En effet...