Mélanie Witte

04 décembre 2020 09:11; Act: 04.12.2020 09:59 Print

Le combat contre le cancer «commence dans l'assiette»

ÉPINAL - Atteinte d'un cancer grave, une Vosgienne se bat pour que les malades puissent obtenir une aide à domicile pour les repas.

storybild

L'idée a frappé cette pharmacienne-nutritionniste de 48 ans, résidant à Épinal, dès sa première séance de chimiothérapie. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

L'idée a frappé cette pharmacienne-nutritionniste de 48 ans, résidant à Épinal, dès sa première séance de chimiothérapie. Après six heures de traitement, cette mère d'un garçon de 10 ans et d'une fille de 16 ans s'était sentie «si épuisée» qu'elle ne pensait qu'à dormir. Et pas à manger, ni à cuisiner. «Je connaissais les autres effets secondaires mais pas celui-là», précise-t-elle.

Une jeune femme de 29 ans, compagne d'infortune de ses séances de chimio, lui a confirmé l'urgence du besoin: «Elle vivait à Paris. Elle est revenue chez ses parents dans les Vosges, et elle aussi était exténuée après les séances», raconte Mme Witte. Elle s'est plongée corps et âme dans ce projet de repas pour les malades du cancer, qui s'est mué pour elle «en thérapie».

La maladie lui est tombée dessus en août. Après des alertes pendant le premier confinement, qu'elle avait refusé d'affronter, de violentes douleurs l'ont décidée à téléphoner à son père, radiologue à Vittel. Le lendemain, un dimanche matin, il effectuait une échographie. Diagnostic, rapide mais implacable: cancer colorectal de stade 4.

«Jamais je n'aurais pensé avoir ce type de cancer», déplore-t-elle, estimant avoir eu une vie «sans excès» en nourriture et alcool, et sans tabac.

«Le stress comme cause du cancer»

«La littérature scientifique commence à parler du stress comme cause du cancer (...) L'intestin est le deuxième cerveau. Il a un peu trop travaillé et il "expulse la m****" de mes quatre dernières années!», note-t-elle, allusion à son divorce et sa reconversion professionnelle. Elle a été obligée de reprendre des cours et a passé un diplôme de nutritionniste.

Ses cheveux blonds parfaitement coiffés, souriante, fine, lunettes suspendues au décolletée de sa robe noire, Mme Witte ne donne pas l'impression d'être si gravement malade. «Ma chimio n'est pas alopéciante», elle ne fait pas tomber ses poils, précise-t-elle.

Après sa dernière séance de chimiothérapie, comme elle le fait depuis le début du traitement, Mélanie Witte s'est donc installée fin novembre chez ses parents à Vittel pour qu'ils s'occupent d'elle. Ainsi, elle n'a pas besoin de cuisiner elle-même. «Je lui fais des bons petits plats même si elle n'a pas faim car le combat est aussi dans l'assiette», confie sa maman, Marie-Odile. Ensuite, Mélanie Witte, requinquée, peut repartir et courir les rendez-vous politiques pour pousser son projet.

Le nouveau maire (LR) d'Épinal, Patrick Nardin est devenu l'un de ses précieux soutiens. «C'est une lanceuse d'alerte», affirme l'édile avec «émotion» pour cette femme parvenue à mettre «sur la table un sujet nouveau qui mérite toute notre attention».

«Lettre à Brigitte Macron»

Dans les Vosges, avec notamment plusieurs villes favorables, une expérimentation de ce service de livraison de repas à domicile pourrait débuter dès 2021. Une réunion est programmée mi-décembre à Épinal, prévoit M. Nardin. «Aujourd'hui, l'objectif est de mobiliser et Mélanie arrive à fédérer à travers le mécénat», note l'élu, à propos du financement du projet.

Mme Witte imagine que son projet de repas puisse «fonctionner avec des tickets restaurants ou en faisant appel aux restaurants locaux», grâce à une somme fixe allouée aux malades et un reste à charge s'il y a un dépassement. «L'important est que le repas soit bon et pour toute la famille».

Cependant, selon elle, ce service de livraison devra être limité «à trois jours» car ensuite «le patient doit bouger pour guérir».

Pour pérenniser et étendre son idée en France, Mélanie Witte est consciente qu'il «faut une loi». «S'il faut écrire à Brigitte Macron, je le ferai. Elle sera peut-être plus sensible pour m'aider», lance Mélanie.

À ce jour, les personnes âgées ou certains handicapés peuvent sous conditions bénéficier d'aides, notamment des repas. «Dans le système français toutes les aides se calculent à partir d'une grille d'incapacité permanente» (IPP), souligne-t-elle. «Mais le cancer est (considéré) lui temporaire», ajoute-t-elle, bravache.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vindulux le 04.12.2020 19:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est grave est que les gens ne savent plus ce qu'est manger sainement? D'autre pensent que l'on trouve encore de bons aliments dans un super marché.

  • bonsens le 04.12.2020 10:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez de nous bassiner avec la prévention du cancer. Je connais au moins 10 personnes (oui 10, dix) qui avaient un mode de vie parfaitement sain. Pas de cigarette, pas d’alcool, un regime alimentaire super équilibré, exercice quotidien, famille avec enfants, couple sans problème majeur et pouf un jour c’est le cancer et le décès qui survient dans les 2 à 3 ans. Aucun traitement efficace. Juste la mort dans d’horribles souffrances. 10 personnes je vous répète!

  • cat le 05.12.2020 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Belle initiative de cette dame qui même malade a le mérite de vouloir aider les autres - même si une nourriture saine ne fait pas tout (le patrimoine génétique y est également pour beaucoup) c’est il me semble la base pour avoir une bonne santé - il est préférable de mettre tous les atouts de notre côté mais dans notre société occidentale les tentations de faire des abus au niveau alimentaire sont fortes - bien manger ne veut pas forcément dire beaucoup dépenser (privilégier les produits locaux et de saison) mais il faut y consacrer un certain temps et se donner un peu de mal - quoiqu’il en soit bon ça courage à cette dame

Les derniers commentaires

  • cat le 05.12.2020 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Belle initiative de cette dame qui même malade a le mérite de vouloir aider les autres - même si une nourriture saine ne fait pas tout (le patrimoine génétique y est également pour beaucoup) c’est il me semble la base pour avoir une bonne santé - il est préférable de mettre tous les atouts de notre côté mais dans notre société occidentale les tentations de faire des abus au niveau alimentaire sont fortes - bien manger ne veut pas forcément dire beaucoup dépenser (privilégier les produits locaux et de saison) mais il faut y consacrer un certain temps et se donner un peu de mal - quoiqu’il en soit bon ça courage à cette dame

  • Vindulux le 04.12.2020 19:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est grave est que les gens ne savent plus ce qu'est manger sainement? D'autre pensent que l'on trouve encore de bons aliments dans un super marché.

    • Helmutheimat le 05.12.2020 10:13 Report dénoncer ce commentaire

      Si il fallait tout simplement manger sainement pour éviter Alzheimer, Parkinson, cancer, diabète etc... se serait formidable mais le bio n'apporte pas à lui tout seul la réponse au problème et de loin. Les déclencheurs de ces maladies sont plus sournois et font partie intégrante de votre vie à des niveaux différents suivant que habitez dans de grandes villes et leur périphéries ou en milieu rural. La vie économique trépidante des grands centres urbains est un fléau pour la santé physique et mentale de chacun.

    • écolo le 05.12.2020 15:48 Report dénoncer ce commentaire

      Toutes les maladies que vous avez citez et bien d'autre sont les conséquences de votre alimentation et je rajoute de la prise de médicaments. Ce qui est formidable est que l'on sait ce qu'il ne faut pas manger et ou trouver les bons aliments. Pour la vie trépidante des grands centre urbains (heureusement il n'y en a pas au GDL) il suffit utiliser un vélo à la place du SUV. C'est le meilleur moyen de transport pour la forme physique et la santé mentale.

    • Helmutheimat le 06.12.2020 11:16 Report dénoncer ce commentaire

      @ écolo. Allez donc faire un tour dans les services d'oncologie des hôpitaux luxembourgeois ou ailleurs et vous verrez que la vie que vous font mener ces sociétés qui demandent de plus en plus d'efficacité et de polyvalence et vous jette lorsque vous n'êtes plus assez productifs (souffrance physique et morale) sont beaucoup plus dangereuses que ce qu'on vous sert dans vos assiettes. Alors oui, manger plus sainement ou faire du vélo ne peut pas faire de mal mais cessez de me faire rigoler avec vos idées écolo qui nous ramèneraient au temps de la lampe à huile. Le moyen âge est révolu

  • Fred1702 le 04.12.2020 17:48 Report dénoncer ce commentaire

    Le combat contre la covid19 aussi

  • veritis le 04.12.2020 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oui il commence dans l'assiette. faudrait il encore éduquer les parents et surtout avoir de la qualité à un prix raisonnable. hors, et surtout au Luxembourg, il en est rien!

  • bonsens le 04.12.2020 10:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faites ce que vous voulez! Le bonheur est la meilleure prévention du cancer