France/Grand Est

12 novembre 2018 21:48; Act: 13.11.2018 11:16 Print

Le livre de Murielle Bolle contient des «mensonges»

VOSGES - Un ancien enquêteur de l'affaire Grégory a dénoncé, lundi, «les attaques calomnieuses» et les «mensonges» contenus à ses yeux dans le livre de Murielle Bolle.

storybild

«Je ne peux pas admettre ni supporter que les gendarmes soient présentés comme des gens sans honneur ni morale», réagit le gendarme à la retraite. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ouvrage «Briser le silence», dans lequel Murielle Bolle dit révéler la vérité, 34 ans après le drame de l'affaire Grégory, est en vente depuis quelques jours. Cet ouvrage, écrit avec la romancière Pauline Guéna, ainsi que les interviews données dans le cadre de sa promotion «arrivent opportunément pour leurs auteurs au moment où le Conseil constitutionnel doit se prononcer (...) sur la garde à vue et les dépositions de Murielle Bolle de 1984», estime le colonel de gendarmerie à la retraite, Étienne Sesmat, dans un communiqué.

Âgée de 15 ans à l'époque des faits, Murielle Bolle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé Grégory Villemin avant de se rétracter. Une volte-face, toujours au cœur de l'affaire. «En tant qu'ancien responsable des enquêteurs visés par les attaques calomnieuses et les mensonges qui jalonnent cet ouvrage, je tiens à officiellement et fortement dénoncer cette basse manœuvre», écrit l'ex-militaire.

Défense des gendarmes

Quand ils l'interrogent en 1984, affirme Murielle Bolle dans son récit, les gendarmes la traitent de «menteuse», la menacent d'aller «en maison de correction». Persuadée qu'ils sont «tout-puissants», elle finit par «lâcher» des oui et des non, «en fonction de ce qu'ils veulent», écrivent les auteurs. Le colonel Sesmat assure au contraire que «les plus grandes précautions avaient été prises pour entendre la jeune Murielle et recueillir ses révélations» et «s'assurer de son bien-être psychologique», poursuit-il.

«Je ne peux pas admettre ni supporter que les gendarmes soient présentés comme des gens sans honneur ni morale, extorquant par la menace et les intimidations violentes les révélations d'une gamine de 15 ans», ajoute le gendarme à la retraite. Évoquant la tentative de suicide de Murielle Bolle, il affirme encore que, selon lui, elle n'a pas attenté à ses jours après l'assassinat de Bernard Laroche par le père de Grégory fin mars 1985, comme indiqué dans le livre, mais le 5 novembre 1985, jour de l'incarcération de son beau-frère.

En juin 2017, Murielle Bolle a été mise en examen pour le rapt mortel de Grégory, tout comme Jacqueline et Marcel Jacob, grand-tante et grand-oncle de l'enfant, et incarcérée pendant 38 jours. «À 48 ans. Alors que je suis grand-mère», dit-elle dans son livre. Ces mises en examen ont été annulées en avril pour des questions de procédure. Le Conseil constitutionnel, saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité à l'initiative de ses avocats, dira le 16 novembre si ses droits fondamentaux ont été respectés lors de sa garde à vue.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • léa le 13.11.2018 02:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd'hui tout le monde veux faire un livre !!! On voudrait juste le coupable .

  • Loyaliste le 13.11.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    34 ans après l'omerta (loi du silence) continue , connaitrons nous un jour la vérité la fin de ce drame ?

  • Que la justice soit faite le 13.11.2018 00:31 Report dénoncer ce commentaire

    Elle reste la clé du mystère et j'espère qu'un jour la lumière sera faite pour que le petit puisse enfin dormir en paix

Les derniers commentaires

  • sam1952 le 03.01.2019 23:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Durant toutes ces années , elle n’a fait que mentir !... elle est empêtrée dans son déni !!!....et , ce n’est plus maintenant, que la vérité sera connue !!! Elle est la clé principale de l’affaire !!!...par contre ! , comment peut elle vivre ainsi ?

  • pralin le 05.12.2018 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Murielle Bolle à la " clé du coffre" mais ne veut pas l'ouvrir

  • benoui le 13.11.2018 12:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si les gendarmes avez bien fait leur travail vérité aurait déjà éclaté

  • I.F. le 13.11.2018 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Dans tous les cas cela a été un gâchis judiciaire et médiatique. C'est dommage, tant sa prise de position que celle de l'ancien enquêteur qui n'a jamais su cloturer son enquête. Laissons ces gens tranquille, cela ne sert à rien de remuer le couteau dans leurs plaies.

  • Loyaliste le 13.11.2018 09:48 Report dénoncer ce commentaire

    34 ans après l'omerta (loi du silence) continue , connaitrons nous un jour la vérité la fin de ce drame ?