Orthographe/Belgique

04 septembre 2018 17:17; Act: 04.09.2018 17:45 Print

Les crêpes «que j'ai mangé» déjà au placard?

Des informations de presse en France faisaient état que le gouvernement francophone belge voulait modifier l'accord du participe passé. Démenti à Bruxelles.

Sur ce sujet

Les autorités de la Belgique francophone n'ont été saisies «à ce stade» d'aucun avis de spécialiste recommandant de modifier la règle de l'accord du participe passé. Des médias français avaient fait état plus tôt d'une volonté de simplification en la matière.

«Les ministres concernés et le gouvernement (de la Fédération Wallonie-Bruxelles) n'ont pas été saisis d'une quelconque demande du Conseil de la langue française et ne sont donc pas amenés à se positionner, en tout cas à ce stade», a assuré Eric Étienne, porte-parole de la ministre de l’Éducation Marie-Martine Schyns.

Le gouvernement de la FWB (anciennement appelée Communauté française de Belgique) était sollicité par l'AFP après des informations de presse en France faisant état d'une volonté de simplification de l'accord du participe passé en Belgique.

«Les crêpes que j'ai mangé»

«Les instances linguistiques de Belgique veulent en finir avec l'accord du participe passé, règle aux multiples exceptions qui fait suer bien des Français», avait ainsi écrit à sa une mardi le quotidien français Libération, évoquant une «guerre» de l'orthographe déclarée par les Belges.

Plus précisément, il s'agirait d'instaurer l'invariabilité du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir. Actuellement, le participé passé s'accorde avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé avant l'auxiliaire.

Libé évoque le travail de deux anciens professeurs de français en Belgique qui militent pour cette simplification... Et aimeraient pouvoir écrire «Les crêpes que j'ai mangé» (dixit le titre de leur tribune publiée lundi dans ce quotidien), plutôt que «Les crêpes que j'ai mangées» selon l'orthographe correcte actuellement en vigueur.

Une réflexion en cours

En Belgique, «sur la base d'avis ou de recommandations, on pourrait se positionner (sur cette question) mais ce n'est pas le cas en ce moment», a insisté Eric Étienne. «On a des réflexions, c'est une question intellectuellement intéressante, mais c'est absolument prématuré», a-t-il ajouté.

Le porte-parole a expliqué que ni la ministre de l’Éducation, ni celle de la Culture (dont dépend le Conseil de la langue française et de la politique linguistique) n'avaient été saisies d'un tel souhait de réforme.

En Belgique, l'enseignement et la culture sont des compétences non pas du gouvernement fédéral ni des régions, mais des communautés, qui constituent un autre étage de l'architecture institutionnelle particulièrement complexe. Le pays compte trois langues officielles: français, néerlandais et allemand.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Louise Bescherelle le 05.09.2018 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    La langue française est malmenée, mais la simplification n'est pas la solution. Quand je vois des étudiants dire que les fautes "ne comptent pas" dans leurs mémoires, ça me sidère. Pour moi c'est un signe de paresse intellectuelle et dans certains cas, un manque de respect. En math on ne tolère pas l'approximation, alors pourquoi s'en accommoder en français ? Je ne veux pas transformer tout le monde en linguiste, mais un minimum d'attention ne serait pas préjudiciable.

  • AFD le 04.09.2018 18:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’importe quoi ! Allez allez, on écrira toujours : les frites que j’ai mangées, une fois !

  • cuisinier le 04.09.2018 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les crêpes que j'ai mangées

Les derniers commentaires

  • Titus le 05.09.2018 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Ermesinde Le subjonctif peut être ?

  • le druide le 05.09.2018 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    c'est comme une évidence! à l'heure où les tablettes font leur apparition dans les écoles, mieux vaut simplifier la langue car bientôt plus personne ne saura écrire correctement! du grand n'importe quoi!!! après les ognons maintenant le participe passé?! qu'on laisse notre belle langue française tranquille

  • Louise Bescherelle le 05.09.2018 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    La langue française est malmenée, mais la simplification n'est pas la solution. Quand je vois des étudiants dire que les fautes "ne comptent pas" dans leurs mémoires, ça me sidère. Pour moi c'est un signe de paresse intellectuelle et dans certains cas, un manque de respect. En math on ne tolère pas l'approximation, alors pourquoi s'en accommoder en français ? Je ne veux pas transformer tout le monde en linguiste, mais un minimum d'attention ne serait pas préjudiciable.

  • le franco-belge le 05.09.2018 08:48 Report dénoncer ce commentaire

    Toute langue qui n'évolue pas meurt.... perso, je suis un puriste, mais si on arrive à me prouver que cet accord vient d'une erreur d'un moine copiste alors pourquoi pas simplifier et ne plus accorder avec l'auxiliaire avoir... ceci dit, vu le niveau des gens, même en simplifiant cela, on verra toujours autant de monde écrire en phonétique... et souvent ce sont des français, alors que c'est soit-disant "leur" langue, les belges sont plus respectueux et puristes du français, je vous le dis....

  • stop le 05.09.2018 08:06 Report dénoncer ce commentaire

    Les belges veulent modifier l'orthographe de la langue française ..... C'est comme si les Français voulaient modifier la recette de la frite....

    • Albert le 05.09.2018 10:28 Report dénoncer ce commentaire

      La langue française n'est pas le monopole des Français. Tous les pays francophones sont concernés pas cette langue et pas seulement la France.