Coronavirus en Alsace

22 mars 2020 15:42; Act: 23.03.2020 18:49 Print

Les futures mères entre détresse, rire et débrouille

ALSACE - Dans l'une des régions les plus touchées par le coronavirus, des femmes enceintes avancent vers le terme, entre stress et système D pour poursuivre leur suivi médical.

storybild

Les professionnels de la naissance ont rapidement pris des mesures pour limiter les contacts, tout en maintenant les examens essentiels. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Elles attendent un heureux événement mais le coronavirus a fait irruption dans leur grossesse: en Alsace, l'une des régions les plus touchées, des femmes avancent tant bien que mal vers le terme, entre stress et débrouille pour poursuivre leur suivi médical. «Pour ma première grossesse, j'étais hospitalisée pendant l'attentat de Strasbourg, cette fois-ci, c'est le coronavirus: j'aurai vécu tous les scénarios catastrophe de Strasbourg!». Élodie, 34 ans, garde le sens de l'autodérision alors qu'elle vit une grossesse à risques en pleine crise sanitaire.

En 2018, elle a perdu au septième mois le petit garçon qu'elle portait. Pour cette nouvelle grossesse, son accouchement doit être déclenché autour du 25 avril, un mois avant le terme, en raison d'un risque de pré-éclampsie. Comme elle, de nombreuses femmes enceintes suivent au jour le jour l'évolution de l'épidémie de coronavirus et des mesures pour l'endiguer, dans une Alsace qui constitue un des principaux foyers français de la maladie. «Quand j'ai appris (NDLR: le confinement), j'ai complètement craqué, j'ai pleuré toute la journée, mais finalement, je pense à toutes les personnes très mal en point, au personnel soignant, et je relativise: je vais bien, ma petite va bien», témoigne Karin Karam, qui habite Schiltigheim, en banlieue de Strasbourg.

Rendez-vous annulés

À 32 ans, elle doit accoucher dans six semaines de son premier bébé et s'est retrouvée confinée pile au moment où débutait son congé maternité. «Ce sont six semaines pendant lesquelles on doit se concentrer sur cet événement heureux, mais là on est concentrés sur le coronavirus, j'ai l'impression qu'on me vole mon début de congé maternité», confie-t-elle, listant tous les rendez-vous, médicaux mais aussi pour son propre bien-être, qui ont dû être annulés. «C'est un premier bébé, je ne sais pas comment me préparer seule», confie Karin, exprimant la détresse de femmes enceintes qui se retrouvent relativement isolées quand elles pensaient être entourées de toutes les attentions.

Séances de préparation à l'accouchement par visioconférence, rendez-vous avec l'anesthésiste remplacé par une discussion téléphonique, visite de la maternité annulée: les professionnels de la naissance ont rapidement pris des mesures pour limiter les contacts, tout en maintenant les examens essentiels. Marine Marre, 29 ans, doit donner naissance à une petite fille début juin à Mulhouse, une ville où les médecins ne cessent d'alerter sur la saturation des services de réanimation et l'épuisement du personnel hospitalier. Vendredi, elle a reçu, malgré le confinement, la visite à domicile de sa sage-femme, masquée pour la première fois, qui a contrôlé le rythme cardiaque du fœtus. Son échographie du 3e trimestre, prévue le 7 avril, devrait en revanche être annulée.

«Facteur de risque»

Bien qu'elle doive accoucher à l'hôpital de Mulhouse, œil du cyclone où un équipement militaire de campagne est en cours de déploiement, Marine Marre ne panique pas et tente de rassurer sa famille, dans la région de Toulouse. «Ce qui m'inquiète si je devais attraper le coronavirus, c'est le risque d'accouchement prématuré à cause de la fièvre», explique-t-elle. «Depuis lundi, mon mari et moi prenons notre température tous les soirs». La situation est plus complexe pour Élodie, qui, outre le risque de pré-éclampsie, souffre d'une maladie auto-immune. «C'est un facteur de risque (NDLR: pour développer une forme grave du coronavirus) mais les médecins n'ont jamais été alarmants, juste très factuels, il n'y a pas de stress à outrance», insiste-t-elle.

Si les femmes enceintes interrogées ont toutes été rassurées quant au risque de transmission du virus à leur bébé, elles prennent le maximum de précautions pour ne pas tomber malades elles-mêmes, car la grossesse les rend plus vulnérables aux infections virales respiratoires. Marie, une Strasbourgeoise dont l'accouchement est prévu en juillet, doit faire une analyse dans un laboratoire, la semaine prochaine. «J'appellerai avant pour connaître les heures de moindre affluence et je serai vigilante vis-à-vis des gestes barrières», explique-t-elle, disant aussi se limiter à «une sortie par jour pour faire un peu d'exercice, plutôt en soirée pour éviter de croiser du monde».

La plupart d'entre elles craignent également de devoir accoucher sans leur mari ou compagnon. À la maternité de Schiltigheim, les pères doivent se soumettre à un contrôle de température à l'entrée et, s'ils veulent assister à l'accouchement, les va-et-vient entre intérieur et extérieur du bâtiment leur sont interdits, raconte Élodie. Quant à l'absence des parents et beaux-parents pour rencontrer le nouveau-né, si certaines la regrettent, d'autres préfèrent positiver: elles pourront mieux se reposer.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • moi le 23.03.2020 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j attends 10 mn et ca sera fait

  • L'anonyme intrigué le 23.03.2020 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je suis d'accord que pour les femmes enceintes, celà va poser problème et les SDF on en parle. En france aucune aide a été prévue pour les personnes sans abrits et on ne les a pas non plus informer des dangers, mais bon on voit à celà que l'être humain n'est pas du tout égoïste

  • moi le 23.03.2020 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    didi rèfléchissez avant d écrire

Les derniers commentaires

  • moi le 23.03.2020 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j attends 10 mn et ca sera fait

  • moi le 23.03.2020 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    didi vous êtes gynécologue? moi je reviens du mien et il.me dis de ne pas m inquietez que tout irra bien .méchante bouche que vous avez

  • moi le 23.03.2020 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    didi rèfléchissez avant d écrire

  • moi le 23.03.2020 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    didi vous faîtes peur aux femmes enceintes

  • moi le 23.03.2020 10:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pq pauvre enfants?