Affaire Estelle Mouzin

27 octobre 2020 14:52; Act: 27.10.2020 15:18 Print

Michel Fourniret incarcéré en Lorraine

MONTMÉDY - Le meurtrier est emprisonné depuis quelques jours à la prison de Montmédy, dans la Meuse, dans le cadre de l'affaire Estelle Mouzin.

storybild

Le tueur est emprisonné dans la Meuse, pour plusieurs jours. (photo: AFP/Francois Nascimbeni)

Sur ce sujet
Une faute?

Alors qu'il est habituellement incarcéré à la maison centrale d'Ensisheim en Alsace, le «monstre des Ardennes» a été transféré dans la prison de Montmédy, au nord de la Meuse, ont indiqué nos confrères de L'Est républicain. Il y serait emprisonné depuis le 24 octobre, dans le cadre de l'affaire de la petite Estelle Mouzin, enlevée le 9 janvier 2003 en Seine-et-Marne. Il devrait y rester plusieurs jours.

La juge d'instruction tente depuis lundi de faire parler Michel Fourniret, accusé d'avoir séquestré et tué la fillette de neuf ans en 2003, en l'accompagnant sur les lieux présumés du crime, dans une maison de Ville-sur-Lumes, dans les Ardennes. L'ADN partiel d'Estelle Mouzin a été retrouvé à deux endroits sur un matelas saisi dans cette maison, un temps occupée par la sœur du criminel. Des fouilles y avaient été menées fin juin, en vain.

«Faire ressurgir des souvenirs»

L'ex-couple devait aussi dans le courant de la journée être conduit sur un terrain ayant appartenu au tueur en série à Floing, et au château du Sautou, une vaste propriété isolée lui ayant aussi appartenu, également fouillée en vain en juin, selon une source proche du dossier.

L'objectif de la juge d'instruction Sabine Khéris, qui a repris les investigations en 2019 et obtenu les aveux du couple, est «de faire une mise en situation pour faire ressurgir des souvenirs», selon la même source.

Le déplacement, qui peut durer plusieurs jours, dépend de «l'évolution des échanges» avec Michel Fourniret, compliqués par ses déclarations alambiquées et son état neurologique, à 78 ans. Lundi après-midi, le convoi est resté plus de deux heures dans le cimetière de Montcy-Saint-Pierre, à Charleville-Mézières, un site non fouillé en juin.

(mc/L'essentiel/AFP)