France/Grand Est

19 juin 2019 15:40; Act: 19.06.2019 18:20 Print

Rixe à Longwy: «Mon fils est entre la vie et la mort»

LONGWY - Le père de Nassim Bezzah, gravement brûlé dans une rixe à Gouraincourt, dans la nuit de samedi à dimanche, a livré sa version à «L'essentiel».

storybild

La rixe s'est déroulée dans le quartier de Gouraincourt.

Sur ce sujet
Une faute?

«Un différend privé», voilà comment Abdelkader Bezzah explique le point de départ de la rixe qui a amené son fils Nassim, 18 ans, à se retrouver roué de coup, aspergé d'essence et brûlé au troisième degré, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le quartier de Gouraincourt, à Longwy.

Un drame suivi d'une situation particulièrement tendue dans le bassin de Longwy, où une vingtaine de véhicules ont été incendiés, sur fond de vengeance.

Bien décidé à stopper cette frénésie de violence, M. Bezzah a réitéré à L'essentiel son «appel au calme, alors que certains voulaient tout brûler», tout en s'offusquant du traitement de l'affaire par les autorités. Une évolution en particulier lui pose problème. La requalification de l'agression en «violences aggravées» en lieu et place d'une «tentative de meurtre».

«S'il survit, il subira deux greffes par semaine»

«Nous savons où se trouvent les coupables, nous l'avons indiqué à la police, mais elle nous répond qu'elle est surmenée. Je suis contre les incendies de voiture, mais il faut que la justice fasse son travail», poursuit-il.

Si les suspects de cette grave agression courent toujours, quatre personnes ont été interpellées pour les incendies de voiture. La police a par ailleurs confirmé le caractère privé du motif de la rixe, qui ne serait donc pas lié à une affaire de stupéfiants.

En attendant le fin mot de l'histoire, l'état de santé de Nassim Bezzah reste particulièrement fragile. «Mon fils est toujours entre la vie et la mort. S'il survit, il devra subir deux greffes par semaine pendant six mois».

(Thomas Holzer/L'essentiel)