En France/Grand Est

11 novembre 2019 19:16; Act: 12.11.2019 14:39 Print

Mortellement poignardée par son conjoint

STRASBOURG - Un homme a été placé en garde à vue dimanche, soupçonné d'avoir mortellement poignardé sa conjointe à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin).

storybild

L'homme, âgé de 58 ans, aurait porté plusieurs coups de couteau au niveau du cou et du thorax de sa compagne. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Interpellé dimanche dans la soirée, l'homme était toujours en garde à vue, lundi, en fin d'après-midi, a indiqué cette même source, sans plus de précisions. Selon France Bleu Alsace, le drame se serait produit au domicile du couple, sur fond de séparation.

L'homme, âgé de 58 ans, aurait porté plusieurs coups de couteau au niveau du cou et du thorax de sa compagne de 40 ans. Cette dernière aurait alors réussi à sortir du domicile, avant de s'effondrer et de succomber à ses blessures, indique encore la radio, selon laquelle l'homme a ensuite tenté de se suicider mais a été maîtrisé par les gendarmes et placé en garde à vue.

«On voit où ça mène aujourd'hui»

La victime, qui souhaitait divorcer, avait déposé une main courante et une plainte contre son époux pour des faits de violences, selon France Bleu Alsace, qui cite la fille de la victime. «Cela fait trois, quatre ans qu'ils étaient ensemble et trois, quatre ans qu'elle est rouée de coups, qu'elle n'a jamais voulu parler par peur pour elle et pour le défendre. On voit où ça mène aujourd'hui», a témoigné auprès de la radio cette dernière.

Elle explique que sa mère l'a appelée dimanche à 23h pour lui dire «à l'aide»: «J'ai eu le temps d'escalader le portail, de fracturer la porte pour essayer d'entrer» et «voir ma mère se prendre le dernier coup de couteau dans la carotide. Elle s'est relevée, est venue vers moi et c'était fini». En dépit de la main courante et de la plainte, «personne n'a voulu nous écouter, personne n'a voulu nous aider», accuse encore la jeune femme, qui s'étonne que les forces de l'ordre, qu'elle a prévenues juste avant de partir pour le domicile de sa mère, aient eu besoin d'une «demi-heure» pour arriver alors qu'elle, en partant de la même ville, a mis «trois minutes».

La jeune femme a indiqué vouloir organiser une marche blanche cette semaine en hommage à sa mère, sans toutefois en préciser la date. En 2018, 121 femmes ont été tuées lors de violences conjugales, selon le décompte officiel du ministère de l'Intérieur.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sami le 11.11.2019 20:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prison a vie !

Les derniers commentaires

  • sami le 11.11.2019 20:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prison a vie !