Coronavirus

16 octobre 2020 11:30; Act: 16.10.2020 14:36 Print

Moselle en rouge, masque obligatoire à Thionville

METZ - Jusqu'ici épargnée, la Moselle a vu son nombre de cas flamber ces derniers jours. Le préfet a annoncé de nouvelles mesures ce vendredi.

storybild

Le port obligatoire du masque est étendu à tout Metz, à Montigny-lès-Metz et Thionville. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

«La situation s'est subitement dégradée depuis une dizaine de jours», avait indiqué le préfet de Moselle, Laurent Touvet, au micro de France Bleu Lorraine Nord vendredi matin, quelques heures avant sa conférence de presse, prévue à 13h. «Nous entrons dans une zone dangereuse, qui nécessite des mesures énergiques. Nous entrons en zone rouge, nous avons été classés jeudi en zone de vulnérabilité élevée, ensuite il y a plusieurs degrés dans les zones rouges. Quand nous serons à 150, ce sera l'alerte renforcée (voir explications en fin d'article) et il y aura sans doute de nouvelles mesures à prendre». Au 15 octobre, le taux d'incidence en Moselle était de 90,6 pour 100 000 habitants, avec 61 patients hospitalisés, dont douze en réanimation.

Le préfet a détaillé les nouvelles mesures lors d'une conférence de presse, vendredi, en début d'après-midi. Le port du masque obligatoire est étendu dans tout Metz (et non plus seulement le centre-ville) sauf dans quelques zones rurales, relèvent nos confrères du Républicain Lorrain. Il sera également obligatoire à Montigny-lès-Metz, et dans tout le centre-ville de Thionville, à partir de samedi ou lundi.

Les bars et les restaurants restent ouverts mais avec de nouvelles règles: pas plus de six personnes par table et les clients devront laisser leurs coordonnées, afin de faciliter le tracing. «Il y aura des contrôles et des verbalisations, la pédagogie ne va pas durer longtemps», a averti le préfet.

Pour les grands événements, il maintient la jauge à 5 000 personnes, à condition de respecter un siège entre chacun.

Le préfet a par ailleurs rappelé ce matin que des mesures nationales allaient s'appliquer à partir de samedi: «À partir de samedi matin, sur la voie publique, interdiction des rassemblements de plus de six personnes, interdiction de tenir des fêtes familiales ou amicales dans des salles des fêtes, des salles de spectacle. Dans ces lieux-là, les réunions seront possibles à condition que les personnes restent assises, en occupant un siège sur deux, et qu'elles n'enlèvent jamais le masque. C’est-à-dire qu'on ne peut plus faire d'apéritif, de pot amical dans ce type de salle».

La Meurthe-et-Moselle est, elle, déjà passée en zone rouge depuis fin septembre. Au 15 octobre, le taux d'incidence est encore plus important qu'en Moselle (129,7). Le préfet avait annoncé des nouvelles mesures comme le port du masque aux abords des établissement scolaires et si les bars et les restaurants n'ont pas été fermés, ils sont extrêmement surveillés concernant les règles sanitaires.

Une flambée qui touche et inquiète aussi le Luxembourg: le Premier ministre, Xavier Bettel, pourrait convoquer un Conseil de gouvernement extraordinaire ce week-end, croient savoir nos confrères de 100komma7.

Les zones d'alerte

Depuis le décret du 14 octobre, l'état d'urgence sanitaire est déclaré sur tout le territoire français. Les zones rouges, c'est-à-dire les zones de circulation active du virus, sont désormais découpées en 3 catégories:

Zones d'alerte Les zones d'alerte concernent les lieux où le taux d'incidence est de plus de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours, mais avec une faible circulation chez les personnes âgées (moins de 50 cas pour 100 000 habitants)

Zones d'alerte renforcée Les zones d'alerte renforcée concernent les lieux où le taux d'incidence est de plus de 150 cas pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours et 50 cas pour 100 000 chez les personnes âgées sur une période de 7 jours.

Zones d'alerte maximale Les zones d'alerte maximale concernent les lieux où le taux d'incidence est de plus de 250 nouveaux cas pour 100 000 habitants sur une période de 7 jours, 100 nouveaux cas pour 100 000 habitants chez les personnes âgées sur une période de 7 jours, et la part de patients Covid-19 dans les services de réanimation atteint 30%.

(mc/L'essentiel)