Coronavirus

15 octobre 2020 13:18; Act: 15.10.2020 14:53 Print

Pourquoi le Grand Est est davantage épargné?

METZ/STRASBOURG - Les villes du Grand Est n'auront pas à subir de couvre-feu. Si la région n'échappe pas à une hausse des contaminations, le virus circule moins qu'ailleurs. Explications.

storybild

La ville de Strasbourg n'est pas concernée par le couvre-feu en France. (photo: AFP/Patrick Hertzog)

Sur ce sujet
Une faute?

Des villages décimés près de Mulhouse, le CHR Metz-Thionville qui lance un appel de détresse, des transferts de patients au Luxembourg, chacun se souvient du cauchemar vécu par le Grand Est au printemps dernier. À cette époque, elle était la région la plus touchée par le coronavirus en France.

Sept mois plus tard, alors qu'un tiers de la population française s'apprête à subir un couvre-feu de 21h à 6h, ni la métropole de Strasbourg, l'une des dix plus grandes de France, ni Metz ou encore Nancy ne figurent dans la liste énumérée par le président Emmanuel Macron, mercredi soir.

Si le Grand Est n'échappe pas au rebond du nombre d'infections, à l'image du Luxembourg, les chiffres sont nettement moins alarmants que dans d'autres régions de France. 54 patients Covid sont actuellement hospitalisés en réanimation dans le Grand Est, soit environ 12% de taux d'occupation. À titre de comparaison, Provence-Alpes-Côte d'Azur est à 42%, et l'Île-de-France à 43%!

Traumatisés donc plus disciplinés

Mais pourquoi cette particularité? Cela tient en premier lieu au comportement post-première vague. Le traumatisme a été tel dans la région que les personnes ont tendance à mieux respecter les gestes barrières. Dans le Haut-Rhin en particulier, de nombreuses personnes âgées ont tout simplement décidé de s'isoler par peur d'une contamination au Covid-19. Quant aux mesures relatives au port du masque, elles sont globalement bien respectées.

Une autre particularité de la région Grand Est tient justement au fait qu'elle a été frappée de plein fouet au plus fort de l'épidémie. Si 3 763 personnes sont décédées à l'hôpital depuis le début de la pandémie, c'est aussi parce que le virus a largement circulé au premier trimestre. D'après les estimations, 6,7% de la population de la région aurait développé la maladie, contre 4,5% au niveau national. Les territoires qui ont le plus souffert sont aussi ceux où le plus de personnes ont développé des anticorps pour lutter contre la maladie (10,8% dans le Haut-Rhin).

Une situation jugée «fragile»

Ces chiffres sont insuffisants pour entraîner une immunité collective mais ils expliquent en partie pourquoi des régions moins touchées au printemps sont davantage concernées par l'accélération de l'épidémie cet automne. Les disparités répertoriées à l'intérieur de la région Grand Est le prouvent également. Les taux d'incidence sont beaucoup plus importants en Meurthe-et-Moselle (115,4), dans l'Aube (137,8) ou encore en Marne (124,7) qu'en Moselle (76,1), dans le Bas-Rhin (97,3) et dans le Haut-Rhin (67,7), de loin les départements les plus impactés durant la première vague.

Pas question cependant de relâcher la pression. Les indicateurs évoluent rapidement et la situation est tout de même jugée «fragile» par les autorités sanitaires, en raison notamment d'un taux de reproduction du virus jugé important (1,4). Le comportement de la population sera décisif dans les prochaines semaines. Sans couvre-feu pour faire modifier la courbe des contaminations...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • perruque_de_trump le 15.10.2020 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces explications sont intéressantes et probablement vraies, mais il se peut aussi que le virus ait déjà tué les plus fragiles dans la région... et fasse donc maintenant moins de victimes.

  • Explain le 15.10.2020 16:03 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le côté germanique des habitants du grand est. Ils ont plus souvent tendance à respecter les règles contrairement aux "latins" qui peuplent le reste de la france. Quand on leur dit qu'il faut porter un masque, ils le font pas comme à marseille par exemple où les gens respectent beaucoup moins les consignes de l'état.

  • Bretzel uber alles le 15.10.2020 16:21 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien, continuez de résister avec discipline et organisation #ElsassPower

Les derniers commentaires

  • Mimi le 17.10.2020 20:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement !

  • justice le 16.10.2020 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le seul endroit où il y a encore de l’argent

  • livreur le 16.10.2020 10:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour à tous Toute façon nous sommes tous amenés à l avoir Bonne journée à vous

  • Le Grinch le 16.10.2020 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être que le nombre de personnes touchées par la première vague a été beaucoup plus important que ce qu'on a officiellement mesuré. Ce qui pourrait expliquer une forme d'immunité collective plus développée, à ajouter aux autres facteurs cités.

  • blu le 16.10.2020 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et à côté de ça on met le Luxembourg en zone rouge si on considère la région messine qui compte beaucoup de frontaliers. Le virus oui mais les statistiques pas d’accord.