Intrusion à Cattenom

27 février 2018 19:18; Act: 28.02.2018 17:29 Print

Prison ferme pour deux activistes de Greenpeace

THIONVILLE - Le tribunal a condamné deux des activistes de Greenpeace à deux mois de prison ferme. Les autres écopent de cinq mois avec sursis.

Les militants ont été jugés pour leur intrusion dans le périmètre de la centrale nucléaire de Cattenom.

op Däitsch
Sur ce sujet

Deux activistes de Greenpeace récidivistes ont été condamnés à deux mois de prison ferme, ce mardi lors du procès contre l'intrusion de militants de l'ONG écologiste dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Cattenom, le 12 octobre dernier.

Les six autres prévenus ont été condamnés à cinq mois de prison avec sursis tandis que Greenpeace France, représentée par son directeur général, Jean-François Julliard, a écopé de 20 000 euros d'amende. Yannick Rousselet, chargé de campagne au sein de l'association, a également été condamné à cinq mois avec sursis.

«Aucun fait n'a été établi»

Le tribunal a en outre condamné Greenpeace à verser des dommages et intérêts. Une expertise a été ordonnée concernant le préjudice matériel, estimé à plus de 200 000 euros par EDF. Les prévenus devront verser à EDF la somme de 50 000 euros au titre du préjudice moral. «C'est particulièrement injuste pour des personnes qui n'ont fait que lancer l'alerte sur un risque nucléaire», a déploré M. Julliard, annonçant qu'ils allaient tous faire appel.

«C’est la première fois que des militants de l’association sont condamnés à une peine de prison ferme», a réagi l'ONG écologiste dans un communiqué, relayé par Greenpeace Luxembourg. «Yannick Rousselet, salarié de Greenpeace France, est quant à lui condamné pour "complicité" alors qu’aucun fait n’a été établi», a ajouté Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

Roger Spautz, chargé de campagne nucléaire pour le Luxembourg, au micro de L'essentiel Radio:

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justice aux ordres le 27.02.2018 20:45 Report dénoncer ce commentaire

    alors qu'ils dénoncent des insuffisances graves de l’état, on les mets en prison au lieu d'enfermer ces responsables qui jouent avec notre avenir. bien triste société.

  • gil.w le 27.02.2018 20:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de résoudre les problèmes, on condamne ceux qui les dénoncent.

  • Vincz le 27.02.2018 21:00 Report dénoncer ce commentaire

    Ils vous expose les failles et vous les condammnez ? putain d'hypocrites. C'est de notre securité qu'il s'agit. SI eux rentre sans moyen qui d'autres peut entrer ?

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 01.03.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Green Peace pleure. Si leurs militants avaient été abattus par les forces de l ordre ils porteraient sans doute plainte aussi ?? Avec des ordres précis ces militants ne seraient meme pas jugés vous saississez?.

  • Citoyen 57 le 01.03.2018 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont joué ils ont perdu. Au lieu de prendre quelques coups de matraque ou des tirs a balles réelles (en jouant aux terroristes) ils iront faire un stage dans une cellule. Quant à ceux qui croient qu'on pènetre dans une enceinte nucléaire comme cela continuez à le croire.La réponse à une intrusion est proportionnée à la qualité des individus qu'on pense avoir en face de soi. On ne va pas tuer quelques excités qui veulent faire le buzz à tout bout de champ...

  • Cattenom le 28.02.2018 16:57 Report dénoncer ce commentaire

    Euh... les donneurs d'alertes sont obligés de faire un feu d'artifice alors et de dégrader une zone privée? Mettez-nous à fond dans le charbon comme nos voisins allemands et la nature nous remerciera :) mêmes voisins qui ont besoin de Cattenom lors de grands froids pour se chauffer ! A bon entendeur...

  • Luxo le 28.02.2018 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    c'est un scandale. Ces gens sont des lanceurs d'alerte mais la france ne les protégé pas. La justice en france est à la traine et condamne ces activists pour protéger ses interest dans une central que personne ne veut et qui met en danger tout un pays européen. La france devrait payer des indemnities aux pays limitrophes.

    • Citoyen 57 le 01.03.2018 08:58 Report dénoncer ce commentaire

      Personne ne veut de la centrale??. une minorité n'en veut pas et celle minorité fait plus de bruit que la majorité silencieuse..qui vit avec son temps meme si cela peut s'avérer un tantinet dangereux. Et Carling ça vous dit quelque chose?

  • Grand-Ducal le 28.02.2018 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    Ah cette justice franco-française!!! Quelle dépendance!!!