France/Grand Est

22 octobre 2017 16:09; Act: 22.10.2017 16:37 Print

«Si c'est confirmé, M. Arend n'a plus sa place»

FORBACH - La ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, s'est exprimée au sujet du député (LREM) de Moselle, Christophe Arend, accusé d'agression sexuelle.

storybild

M. Arend, par ailleurs chirurgien-dentiste à Forbach, «conteste les faits» et il a «pour sa part déposé plainte pour dénonciation calomnieuse». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le député (LREM) de Moselle, Christophe Arend, est visé par une plainte de son ex-assistante parlementaire pour harcèlement sexuel et agression sexuelle. La jeune femme, âgée de 29 ans, accuse notamment M. Arend de lui avoir «pincé les deux seins» et d'avoir «tout fait pour (la) faire craquer» en multipliant «les remarques sexistes» et les gestes déplacés.

M. Arend, par ailleurs chirurgien-dentiste à Forbach, «conteste les faits» et il a «pour sa part déposé plainte pour dénonciation calomnieuse», a indiqué son avocate vendredi dans un communiqué.

Place à la justice

Interrogée lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro sur le cas particulier du député LREM et de son maintien à l'Assemblée nationale, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a répondu: «On va laisser faire la justice». Mais, a-t-elle ajouté, «si c'est confirmé il n'a plus sa place».

Dans la foulée de l'affaire Weinstein, du nom du producteur américain visé par une série d'accusations d'agressions sexuelles, des accusations spécifiques ont émergé dans le monde politique: ont ainsi été visés, notamment, l'ex-ministre socialiste Pierre Joxe et l'ancien candidat à la présidentielle, Jean Lassalle, qui ont rejeté ces accusations.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • chuuut le 22.10.2017 18:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ca tremble de peur du coté des harceleurs en ce moment. La roue tourne, la roue tourne...

  • Constat le 23.10.2017 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Vous parlez à un enfant, vous êtes pédophile, vous parlez à une femme, vous être harceleur. Par contre, si vous n'intervenez pas dans un bus pour aider un papa, vous êtes accusé de non assistance. Dur, dur la vie. Vivement la pension dans mon jardin.

  • 1789 bis vite le 23.10.2017 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    beau partie ont fait la morale et ont fait le contraire,,,mais en general cela se fait dans tous en france,,,, honte ,,,,,,

Les derniers commentaires

  • 1789 bis vite le 23.10.2017 17:06 Report dénoncer ce commentaire

    beau partie ont fait la morale et ont fait le contraire,,,mais en general cela se fait dans tous en france,,,, honte ,,,,,,

  • Christina le 23.10.2017 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Personnelement s'il y a une catégorie de femmes dont j'estime (et j'ai appris) qu'il faut se méfier c'est bien celle des assistantes qu'elles soient parlementaires ou médicales.

    • raisonnement facile le 23.10.2017 14:40 Report dénoncer ce commentaire

      Ok, alors personnellement je pense et j'estime que si il y a une catégorie d'hommes dont il faut se méfier : ce sont les politiques

  • Constat le 23.10.2017 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Vous parlez à un enfant, vous êtes pédophile, vous parlez à une femme, vous être harceleur. Par contre, si vous n'intervenez pas dans un bus pour aider un papa, vous êtes accusé de non assistance. Dur, dur la vie. Vivement la pension dans mon jardin.

    • Une femme le 23.10.2017 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      @Constat exagéré quand même... de mon point de vue de femme on peut me parler je ne me sens pas harceler, heureusement. Par contre quand quelqu'un a du mal à voir la différence entre courtiser et harceler ou agresser, c'est là que c'est inquiétant

    • Shandra Bopal le 23.10.2017 12:28 Report dénoncer ce commentaire

      Vous parlez de différence entre courtiser, harceler, agresser et vous mettez ainsi le doigt sur le coeur du problème: Sorti du cas des quelques hommes dont la propre puissance (financière ou autre) leur a fait perdre le sens des réalités, les dérives viennent majoritairement d'hommes en rupture avec le concept même de séduction: ceux inombrables qui ont grandi dans des sociètés, des familles ou des communautés dans lesquelles la séduction n'avait pas sa place, et qui confronté au monde "moderne" ne savent pas comment réagir et sont soit tétanisés soient se comportent de façon inapropriée.

  • chuuut le 22.10.2017 18:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ca tremble de peur du coté des harceleurs en ce moment. La roue tourne, la roue tourne...

    • A voir... le 23.10.2017 08:46 Report dénoncer ce commentaire

      Encore faut-il que ce soit confirmé. Il est tellement aisé désormais de dénoncer même sans preuves. Toute femme avec de mauvaises intentions peut désormais porter plainte, les médias et la populace feront le reste. Le harcèlement doit être combattu mais attention que cela ne devienne pas de la dénonciation calomnieuse à tours de bras.

    • Une femme le 23.10.2017 09:34 Report dénoncer ce commentaire

      Meme quand les femmes dénoncent on arrive encore à les faire culpabiliser... on y arrivera donc jamais, toujours la faute des femmes (provocatrices ou menteuses pas d'autres choix...)

    • @ une femme le 23.10.2017 09:40 Report dénoncer ce commentaire

      Mais vu votre commentaire, incapable de faire la part des choses et de pouvoir imaginer que le fait d'être une mauvaise personne puisse être autant masculin que féminin

    • Simone Cardon le 23.10.2017 10:29 Report dénoncer ce commentaire

      Il faut effectivement faire la part des choses et préserver la présomption d'innoncence, c'es d'autant plus important que le combat de fond pour la dignité les droits des femmes doit s'inscrire dans la durée et être autre chose qu'un phénomène médiatique éphémère.