Erreur d'appréciation

24 janvier 2019 14:19; Act: 24.01.2019 14:59 Print

Tout sauf de l'héroïne dans les boulettes à Athus

ATHUS - La police belge a commis une belle boulette en arrêtant un individu qu'elle estimait en possession d'héroïne à Athus. L'accusé a été acquitté ce mercredi.

storybild

Il n'est pas toujours évident de reconnaître de l'héroïne dans les boulettes.

Sur ce sujet
Une faute?

Les faits datent déjà de septembre 2015, mais l'appel d'un jugement de janvier 2018 a seulement été prononcé ce mercredi au tribunal correctionnel d'Arlon, selon L'Avenir du Luxembourg. Un Algérien résidant à proximité de la frontière française a été arrêté à tort par la police belge, après avoir été victime d'un accident avec son camion, à Athus.

Des boulettes considérées, en 2015, comme contenant de l'héroïne avaient été retrouvées à l'intérieur du véhicule et le prévenu avait été condamné à trois mois de prison et 6 000 euros d'amende en première instance, début 2018. C'était sans compter sur la volonté de l'accusé qui a pu bénéficier, dès juin 2018, d'une expertise pour déterminer exactement quelles substances se trouvaient à l'intérieur des boulettes saisies.

Les fameuses boulettes, selon les experts, ne contenaient absolument pas d'héroïne. De la poudre brune se trouvait effectivement emballée dans de l'aluminium rapporte L'Avenir Luxembourg, mais ce n'était pas de la drogue et le prévenu n'a pas voulu indiquer ce qu'il se trouvait à l'intérieur dès le moment où il a été... acquitté. Plusieurs billets de 500 euros lui ont également été confisqués en 2015. À tort. Une belle boulette de la police belge.

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • minolob le 24.01.2019 15:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Belle boulette de la justice surtout. Bravo la police moi je dis! Et monsieur ne veux pas dire ce qu il transportai dans ses boulettes d alu? Ca devait etre quelques choses de bien legal!

  • El chapo le 24.01.2019 20:10 Report dénoncer ce commentaire

    des boulettes a 500 € une fois

  • Tchoupi le 24.01.2019 17:15 Report dénoncer ce commentaire

    OK ,c'était pas de la drogue. Mais alors c'était quoi alors cette poudre ?

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 25.01.2019 16:49 Report dénoncer ce commentaire

    La plus belle boulette suite à mauvaise interprétation des résultats des tests.Individu arrèté pour soi disant 20 kilogrammes de cocaine.Résultat 20 kilogrammes de lidocaine.J'avais dis que ce nétait pas des stups.Ici dans la région.

  • Fred le 25.01.2019 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Pas une boulette de la police, mais ce jeune aurait du être inculpé car tout portait à croire que c'était de la drogue.

  • H. Poirot le 25.01.2019 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a plusieurs scénarios possibles: soit il s'est fait avoir, soit c'était un leurre (le gars a fait diversion pendant que le vrai deal a eu lieu ailleurs), soit cette drogue n'est pas encore répertoriée et n'est pas encore détectable, ...

  • ZepLux le 25.01.2019 10:23 Report dénoncer ce commentaire

    Le gars voulait vendre de la poudre pour faire croire à de l'héroïne, ce n'est pas bcp mieux donc...Pourquoi avoir de la poudre en boulette?? Pas clair cette histoire au fond... Un peu comme vendre du lait en poudre pour faire croire à de la coke!

    • Citoyen 57 le 25.01.2019 16:21 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement produit que nous trouvons facilement des dizaines de fois dans l année dans nos services(France) et qui servent à la coupe de produits stupéfiants. La seule façon d inquieter ce genre de "vendeur" c est qu il ait de la coupe en grande quantité .Il lui faut en effet un papier de l agence du médicament qu'il ne peut avoir (pour du paracétamol notamment.)

  • Saul, call me le 25.01.2019 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    C'est à la justice de montrer la culpabilité et pas à l'accusé de prouver son innocence. Et heureusement. Pourquoi? Et bien disons que je vous accuse d'un crime pour hier soir entre 3 et 4H matin, c'est quoi la preuve irréfutable que ce n'est pas vous? Ne me dites que vous étiez au lit avec votre moitié et que votre alibi est donc madame. Hormis la non-recevabilité de ce témoignage, je risquerais d'y voir une complicité... Donc quelque soit le contenu des boulettes, soit la justice fait son job et teste, soit elle se tait et c'est normal.