Luxembourg/Allemagne

25 janvier 2019 10:15; Act: 26.01.2019 11:18 Print

Trèves: à 21 ans, elle vit en maison de retraite

TRÈVES – Anne Bourgmeyer, une étudiante luxembourgeoise, fait de la colocation d'un nouveau genre. Elle cohabite avec... des personnes âgées.

storybild

Anne Bourgmeyer, une étudiante luxembourgeoise de 21 ans, bénéficie d'un logement gratuit au sein d'une résidence pour personnes âgées. En échange, elle accorde un peu de son temps aux seniors. (photo: DPA/Harald Tittel)

Sur ce sujet
Une faute?

Étudiante à Trèves, Anne Bourgmeyer vient d'emménager dans une résidence pour personnes âgées où elle bénéficie d'un logement gratuit en échange de 35 heures hebdomadaires consacrées à des activités avec les résidents. «Je trouve cela génial», déclare la Luxembourgeoise de 21 ans, qui dit apprendre énormément des seniors lors des moments de partage durant lesquels elle joue, discute ou se promène avec eux. La jeune femme organise également des soirées culinaires et disco au sein de la résidence.

L'objectif de ce projet de cohabitation est d'«insuffler de la vie au sein de la résidence», comme le déclare la directrice de l'établissement Andrea Cremer. Et ce, de la manière «la plus naturelle» qui soit – en plus du programme habituel.

Un contact «extrêmement important»

Début février, la résidence devrait accueillir trois nouveaux étudiants. D'après les recherches faites par Mme Cremer, la résidence de Trèves est la première du genre sous cette forme en Allemagne. Le concept aurait son origine aux Pays-Bas. Le programme serait également conçu pour lutter contre la solitude, comme le souligne la directrice commerciale, Nicole Caspers.

«De nombreux résidents qui emménagent ici sont déracinés. Ils doivent reprendre leurs repères». Même s'ils sont autorisés à y apporter leurs effets personnels, cela n'empêche pas l'isolement. Hans Jürgen Heppner, président de l'association allemande des médecins-gériatres DGG accueille le projet avec enthousiasme. «Le contact avec les jeunes est extrêmement important pour les personnes âgées», dit-il.

(Dustin Mertes/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 25.01.2019 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    Je salue l'ouverture d'esprit de cette jeune femme de ne pas se cloisonner dans sa classe d'âge. Le refus de la sagesse des anciens est une cause de l'ignorance auprès des jeunes et entraîne l'effet leur exploitation.

  • Terry le 25.01.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Cela me semble une très bonne idée qui mériterait d'être développée chez nous.

  • Bravo et merci pour nos vieux ... le 25.01.2019 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est excellent ...

Les derniers commentaires

  • jago le 27.01.2019 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à l’étudiante! Mais comment fait-elle pour étudier ET travailler 35 heures par semaine?!!?

  • dac le 26.01.2019 19:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Savez vous qu un aide socio familial n est qu un ouvrier certifié mais non diplomé qui n a aucune protection Aucune lois pour le protéger face à des abus de patrons / ou asbl quant aux limites et droits de ce qu il est autorisé à faire !les conséquences sont très dangereuses car finalement dans les milieux médical ils sont «  autorisés “ à tout faire puisque aucune limite ?!!

  • BeauGosse le 26.01.2019 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super idée et je trouve ça génial

  • abus le 26.01.2019 11:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une chambre minimums pour personnes âgées coûte 3000 euros environ minimum au Luxembourg je crois mieux vaut engager une auxiliaire de vie qui coûte beaucoup moins cher pour 30 heures semaine salaire minimum conventionné

  • Mignon le 26.01.2019 00:43 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo gentille fille ! Je pense que vous et les locataires vous partagez de vrais moments de complicité