Après le drame

02 décembre 2020 18:05; Act: 03.12.2020 13:30 Print

Trèves reste sidérée par «le conducteur fou»

TRÈVES - La ville est sous le choc, au lendemain de la mort de cinq personnes tuées par un automobiliste. «L'essentiel» a notamment rencontré des Luxembourgeois sur place.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis la statue de la Vierge Marie, qui trône 150 m au-dessus de la Moselle, vous pouvez généralement jouir d'un panorama impressionnant sur la ville de Trèves. Au lendemain du coup de folie d'un homme de 51 ans, qui a fait cinq morts et quatorze blessés, une nappe de brouillard plane au-dessus de la ville. «Si vous la regardez d'ici, la ville ressemble exactement à ce qu'elle était hier. Je n'arrive pas à croire à ce qui s'est passé là en bas», soupire un promeneur rencontré au populaire belvédère.

L'ambiance dans la ville est étrangement calme. De petits mémoriaux avec des bougies, des messages et des peluches ont été placés sur le parcours le long duquel le conducteur s'est déchaîné. Sur le marché et devant la Porta Nigra, un véritable océan de bougies a été déposé. Les gens pleurent. La population a témoigné d'une «vive sympathie» tout au long de la journée, témoigne une policière qui, avec plusieurs agents et un dispositif de soutien psychologique d'urgence, s'occupe d'un point de contact destiné aux témoins et aux personnes touchées dans la rue commerçante. La policière dit avoir vu défiler plus de personnes que prévu.

«Un jour après, je me sens bien plus mal», rapporte un témoin oculaire, âgé de 22 an, dont le bureau donne directement sur le marché. Il a vu des scènes terribles. «On peut voir tous ces gens allumer des bougies, la présence policière, les nouvelles... Sauf que cette fois, on ne l'a pas vu de loin, c'était directement sous nos fenêtres». Au lendemain du drame, il a l'impression que la ville est «extrêmement calme». Normalement, il ne peut pas travailler avec la fenêtre ouverte. Ce mercredi, c'est différent.

«J'ai l'impression de me réveiller avec la gueule de bois»

Dans la succursale de la chaîne luxembourgeoise Oberweis, qui donne aussi directement sur le lieu du drame, on confirme que la ville est «beaucoup plus silencieuse que d'habitude». Ceux qui travaillaient là mardi, au moment des faits, sont libres ce mercredi. Un couple de Luxembourgeois venu de Grevenmacher observe de loin le mémorial de la Porta Nigra. «Ce qui s'est passé est tellement triste. Mais on ne peut pas se laisser abattre. Nous ne voulions pas rester chez nous aujourd'hui, nous voulions soutenir les habitants de Trèves».

«J'ai l'impression de me réveiller avec la gueule de bois, aujourd'hui. L'ambiance est morose. Tous ceux à qui je parle ressentent la même chose», raconte une jeune femme de Trèves, qui préfère éviter le centre-ville pour le moment. «Tout ce que je devais faire en ville peut attendre. Rien de tout cela n'est important. Surtout qu'hier on a clairement compris ce qui est vraiment important».

Ce jeudi, à 13h46, une cérémonie en mémoire des victimes sera organisée, a indiqué le bourgmestre Wolfram Leibe. Les cloches de l'église devraient alors sonner à nouveau. 13h46, l'heure à laquelle tout a commencé mardi.

(Dustin Mertes/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Allô le 02.12.2020 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est tellement triste! Beaucoup de courage au victimes.

  • Malheureusement le 03.12.2020 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Cela devient banal . Les fleurs, nounours et autres n' y changeront rien.

  • Quand va-t-on faire quelque chose ? le 02.12.2020 22:44 Report dénoncer ce commentaire

    02/12/2020 : "Un individu a attaqué au couteau des personnes dans un supermarché de La Haye, aux Pays-Bas, faisant trois blessés. La piste terroristes est pour l'instant écartée par les enquêteurs". Là aussi c'est encore un détraqué, rien de religieux et aucun détail sur le suspect de 43 ans arrété.

Les derniers commentaires

  • paul le bon le 04.12.2020 12:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est facile de parler un fois les faits avérés toute les entrées et sortie devrais être sous contrôle de la police car beaucoup de gens malades dans la nature qui détruisent des familles

  • paul le bon le 03.12.2020 18:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui ça devient banale pourquoi cette violence il faut punir sévèrement. sincères condoléances à la famille force a eux

  • Malheureusement le 03.12.2020 13:57 Report dénoncer ce commentaire

    Cela devient banal . Les fleurs, nounours et autres n' y changeront rien.

  • Volkan le 03.12.2020 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement... il y a également une circulation de voitures autorisée qui n'est complètement logique au centre-ville dans la zone piétonne

  • Coluche le 03.12.2020 03:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi le nom du conducteur n est pas spécifié ?! S il avait été étranger, aucun doute que le nom et la nationalité auraient été indiquées !

    • @Coluche le 03.12.2020 16:14 Report dénoncer ce commentaire

      La nationalité à été indiquée.. Il est Allemand. Pourquoi est-ce que le nom vous intéresse ??