Projet de Bure

19 juin 2018 12:43; Act: 19.06.2018 14:22 Print

Trois hommes condamnés après les violences

BAR-LE-DUC - Les premières condamnations et incarcérations ont été prononcées mardi, après les manifestations contre le projet de Bure qui ont dégénéré ce week-end.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Trois hommes ont été condamnés, dont deux incarcérés, lundi, par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc pour notamment des violences sur les forces de l'ordre et des outrages lors d'une manifestation émaillée d'incidents, samedi, a indiqué mardi le parquet. Une centaine de casseurs cagoulés et de brefs heurts avec les forces de l'ordre avaient perturbé, samedi, une manifestation à Bar-le-Duc de plus de 3 000 personnes, selon les organisateurs, 1 000 selon la préfecture, venues protester contre le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

Un homme âgé de 35 ans a été condamné à quatre mois d'emprisonnement avec sursis et 140 heures de travail d'intérêt général pour avoir jeté en état d'ébriété des projectiles sur les CRS. Un deuxième individu, âgé de 38 ans, a écopé de six mois d'emprisonnement ferme, assortis d'une interdiction de se présenter en Meuse et en Haute-Marne, et incarcéré. Il avait jeté des projectiles sur les CRS et s'était opposé à son arrestation.

D'autres personnes arrêtées

Un troisième homme avait été interpellé ivre, samedi, vers 19h, pour avoir «adressé des doigts d'honneur aux CRS qui étaient en situation de retrait», a relaté le procureur de la République, Olivier Glady. Son arrestation avait suscité un regain de tensions, obligeant les organisateurs à mettre un terme au rassemblement. Il a été condamné à six mois de prison dont trois avec sursis et incarcéré, eu égard aux «21 mentions figurant sur son casier judiciaire».

Un quatrième homme, interpellé pour «violences sur agent de la force publique, outrages et rébellion», sera convoqué devant le tribunal correctionnel, le 16 octobre. Deux individus «périphériques» ont aussi été interpellés, le premier pour usage de stupéfiants et le second, mineur, pour port d'arme. En outre, un homme de 30 ans et une femme de 19 ans ont été arrêtés dans la nuit de dimanche à lundi, marquée par «des comportements de harcèlement par les résidents de la Maison de résistance, à Bure, à l'encontre des gardes mobiles».

(L'essentiel/afp)