Près de Strasbourg

03 septembre 2019 07:32; Act: 03.09.2019 13:09 Print

Un enfant meurt dans un incendie criminel

SCHILTIGHEIM - Un enfant est mort dans la nuit de lundi à mardi dans l'incendie d'un immeuble à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Onze personnes ont également été blessées.

Sur ce sujet
Une faute?

Un enfant de 11 ans est mort et onze personnes ont été blessées dans un violent incendie criminel qui a ravagé, dans la nuit de lundi à mardi, une HLM de Schiltigheim, dans la banlieue nord de Strasbourg, un suspect étant interpellé.

Après un premier bilan à l'aube évoquant huit blessés, les pompiers ont indiqué à la mi-journée qu'au total onze personnes ont été légèrement blessées, dont dix ont été transportées à l'hôpital. Débuté à 3h51 dans les parties communes de l'immeuble de deux étages, selon les pompiers, cet incendie est «criminel», a affirmé une source policière. «Un suspect âgé de 23 ans» a été interpellé dans la nuit, a ajouté cette source. Le parquet de Strasbourg indique, pour sa part, que l'origine de l'incendie est encore «indéterminée». «Une enquête en flagrance est en cours confiée au commissariat de Strasbourg», a ajouté le parquet, qui doit communiquer davantage «dans l'après-midi».

Sauts dans le vide

La maire de Schiltigheim, Danielle Dambach, a indiqué à l'AFP qu'une famille nombreuse, principale victime de l'incendie, était «d'origine centrafricaine», installée dans la commune depuis de nombreuses années. Le corps de l'enfant âgé de 11 ans a été découvert dans leur appartement, au premier étage. Sa mère et d'autres enfants «ont sauté pour échapper aux flammes» mais leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés, selon la source policière interrogée.

Le père de l'enfant décédé est arrivé sur place en début de matinée, a constaté un journaliste de l'AFP. En état de choc, il a été pris en charge par les secours. «La maman souffre de la hanche, un des enfants souffre au niveau de la nuque», a indiqué à la presse Dominique Schuffenecker, directeur de cabinet de la préfecture du Bas-Rhin.

«Déferlement d'actes malveillants»

L'incendie qui semblait maîtrisé vers 7h a ensuite repris dans la matinée. Vers 11h, des fumées continuaient de s'échapper de l'immeuble noirci, une ancienne maison alsacienne rénovée. «Nos progressions à l'intérieur du bâtiment sont extrêmement compliquées, extrêmement ralenties. Le feu est actuellement dans les planchers, on a plusieurs départs de feu qu'on traite au fur et à mesure», a expliqué à l'AFP le commandant Sébastien Rossi. Un pompier est déjà passé à travers le plancher de cet immeuble au début de l'intervention, a-t-il indiqué. «Au plus fort de l'intervention, une centaine de soldats du feu ont été mobilisés», ont indiqué les pompiers à la mi-journée.

«À ce stade, on n'exclut ni l'accidentel ni l'intentionnel», a déclaré, prudente, la maire Danielle Dambach. Néanmoins, elle a rappelé l'incendie qui s'est déclaré le 19 août dans un autre bâtiment de la commune, où une association hébergeait des familles d'origine étrangère. Des tags antimigrants l'avaient revendiqué quelques jours plus tard sur les murs de la mairie d'un village du Bas-Rhin. «C'est quand même bizarre. Pourquoi d'un coup des communs d'immeubles prennent feu au milieu de la nuit?», s'est-elle interrogée.

Dans un communiqué, le maire de Strasbourg, Roland Ries, a jugé« absolument inadmissible» l'incendie de la nuit dernière «vraisemblablement d’origine criminelle». «Depuis plusieurs mois maintenant, j’observe avec consternation un déferlement d’actes malveillants à Strasbourg et dans le Bas-Rhin. Tags racistes et antisémites, incendies criminels, autant de gestes détestables que je condamne avec fermeté», a-t-il affirmé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mimi le 03.09.2019 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre petit ????J’espère que si c’est un acte criminel,le coupable sera puni comme il se doit !Sincères condoléances à la famille.

Les derniers commentaires

  • Mimi le 03.09.2019 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre petit ????J’espère que si c’est un acte criminel,le coupable sera puni comme il se doit !Sincères condoléances à la famille.

    • Loupiotte le 03.09.2019 17:31 Report dénoncer ce commentaire

      C'est très triste. Il venait de faire sa rentrée à l'école :-( Courage aux parents.