À Nancy

25 octobre 2019 11:56; Act: 25.10.2019 12:20 Print

Un enseignant mis en examen pour viol

NANCY - Un enseignant d'un lycée de Nancy a été mis en examen, jeudi, pour un viol et des agressions sexuelles commis sur cinq lycéennes et placé en détention.

storybild

Dix jeunes filles ont témoigné «avoir été victimes de la part de cet enseignant de faits de même nature. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire avait débuté mi-septembre, lorsque le proviseur de cet établissement du centre-ville avait signalé «des échanges de messages, dont certains à caractère sexuel, entre cet enseignant et une élève de 17 ans», indique dans un communiqué, le parquet de Nancy.

Entendu par les gendarmes de la brigade de recherches de Nancy, l'homme avait été mis une première fois en examen, le 1er octobre, pour harcèlement sexuel, corruption de mineur et agression sexuelle par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction, indique le parquet. Il avait alors été placé en détention judiciaire avec interdiction d'exercer une activité en lien avec les mineurs, selon cette même source.

L'enseignant garde le silence

Par la suite, dix jeunes filles ont témoigné «avoir été victimes de la part de cet enseignant de faits de même nature alors qu'elles étaient scolarisées «dans cet établissement» et qu'elles étaient âgées «de 16 à 17 ans», l'une disant même avoir été violée. Les faits se seraient déroulé sur sept ans, entre 2012 et 2019, selon le parquet.

De nouveau placé en garde à vue, il a été mis en examen jeudi pour des faits commis sur quatre jeunes femmes (viol sur l'une d'elle, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sans violence, harcèlement sexuel par personne abusant de son autorité et corruption de mineures) et écroué, a-t-on précisé.

L'enquête se poursuit en ce qui concerne les six autres jeunes femmes. L'enseignant a gardé le silence durant sa garde à vue et devant le juge d'instruction, a-t-on précisé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ant le 25.10.2019 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a déjà eu un non lieu en2012 il a continué en toute impunité à vomir

  • Encore et encore le 25.10.2019 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui gardent le silence ont souvent des choses à cacher.

  • George de le 25.10.2019 23:22 Report dénoncer ce commentaire

    @fred Vos propos sont vraiment limites. Vous accusez des accusateurs donc.... J ose croire que si il est est coupable vous aurez l obligeance de faire votre mea-culpa mais j en doute. Avec votre façon de penser des centaines de cas sont passés sous silence et c est ça qui anéanti des jeunes. La justice doit faire son travail. Mais comme on dit pas de fumée, si il n à rien à se reprocher alors justice sera rendue.

Les derniers commentaires

  • George de le 25.10.2019 23:22 Report dénoncer ce commentaire

    @fred Vos propos sont vraiment limites. Vous accusez des accusateurs donc.... J ose croire que si il est est coupable vous aurez l obligeance de faire votre mea-culpa mais j en doute. Avec votre façon de penser des centaines de cas sont passés sous silence et c est ça qui anéanti des jeunes. La justice doit faire son travail. Mais comme on dit pas de fumée, si il n à rien à se reprocher alors justice sera rendue.

  • Ant le 25.10.2019 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il a déjà eu un non lieu en2012 il a continué en toute impunité à vomir

  • Le Russe le 25.10.2019 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut mieux protéger les femmes et les jeunes filles toujours principales victimes !!!

    • Fani le 25.10.2019 20:34 Report dénoncer ce commentaire

      Bonjour, alors ma fille fréquente ce lycée et c'est tres inquiétant et on a peur. Mais je suis contre à ceux qui disent pétange est infréquentable. Ca peut arriver partout à Mamer à belvaux il y en a partout. Alors paris et nice aussi c' est infréquentable???

  • Miss57 le 25.10.2019 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et bien nous enfants ne sont pas en sécurité même dans l enseignement qu ont remettent ce pervers dans les mains des pères de ses jeunes filles abusées par ce Monstre ..

    • Fred le 25.10.2019 18:58 Report dénoncer ce commentaire

      @ Miss57: C'est fou les gens qui prennent position sans en avoir aucune preuve vous accusez déjà cet enseignant. J'ai le souvenir d'un enseignant qui a tout perdu et fait 7 années de prison sur des accusations fausses de plusieurs jeune fille.

  • Encore et encore le 25.10.2019 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui gardent le silence ont souvent des choses à cacher.