Moselle/Meurthe-et-Moselle

09 octobre 2019 16:20; Act: 09.10.2019 16:55 Print

Une collectivité frontalière se veut ultraconnectée

AUDUN-LE-TICHE - La Communauté de communes du Pays-haut Val d'Alzette a présenté ce mercredi son projet de transformation du territoire, mettant l'accent sur les technologies.

storybild

Le projet a été présenté mercredi à la Maison de la Grande Région, à Esch-sur-Alzette. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous voulons développer un territoire intelligent». C'est par ces mots que Julien Vian, directeur général des services de la Communauté de communes du Pays-haut Val d'Alzette, en France, a résumé la philosophie du plan qu'il présentait ce mercredi à la Maison de la Grande Région, à Esch-sur-Alzette. L'idée est de transformer ce territoire frontalier du Luxembourg en misant sur les nouvelles technologies.

Un partenariat d'innovation a été signé en octobre 2018 avec un groupement réunissant Capgemini, Bouygues et Suez, pour un projet développé depuis janvier dernier. Ce dernier, d'un coût de 10 millions d'euros, prévoit de construire un territoire ultraconnecté, avec une politique publique des données, le développement d'objets connectés, un éclairage public revu pour améliorer sa performance, ou encore des caméras intelligentes. Les données seront utilisées dans le cadre réglementaire sur la protection des données, promettent les promoteurs du projet.

«Les équipements et infrastructures arriveront d'ici six mois», reprend Julien Vian. L'enjeu du projet est «d'améliorer l'attractivité du territoire», explique André Parthenay, président de la Communauté de communes. S'il accueille actuellement environ 30 000 habitants, il pourrait «en compter 20 000 de plus d'ici 20 ans, «ce qui constitue un défi énorme», selon l'édile. L'autre avantage est de gérer le territoire de manière optimale, concernant «les déchets, l'éclairage, l'habitat, ou encore la mobilité». Cette Communauté de communes serait «l'une des plus petites de France à avoir un projet aussi ambitieux», selon André Parthenay.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tammi le 10.10.2019 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce serait bien d'éduquer les travailleurs locaux que les frontaliers ne sont pas de méchants riches qu'il faut plumer.

  • Dan/dan le 09.10.2019 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    malheureusement ils ont oublié les Connexions Audun-Russange-Thil et Villerupt n'auront pas de fibre optique avent un certain nombre d'années

  • la trois le 10.10.2019 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    très très mauvaise idée

Les derniers commentaires

  • Luxo le 11.10.2019 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Plus de la moitié des habitants d'Audun travaillent et payent leurs impôts au Luxembourg. Amis Français comment allez vous financer les écoles et tous les services publics qui vont avec, si 20 000 habitants de plus payent leurs impôts chez nous?

  • Jacques le 10.10.2019 18:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    laisser libre l'accès à Rédange par le contournement serait un bon début...

    • stella le 10.10.2019 19:19 Report dénoncer ce commentaire

      c'est libre depuis quelques mois!!!

  • Arielle le 10.10.2019 15:30 Report dénoncer ce commentaire

    Aimez-vous en réalité au lieu de vouloir être connecté technologiquement.

  • la trois le 10.10.2019 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    très très mauvaise idée

  • Tammi le 10.10.2019 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce serait bien d'éduquer les travailleurs locaux que les frontaliers ne sont pas de méchants riches qu'il faut plumer.