En Moselle

04 décembre 2019 09:11; Act: 04.12.2019 11:14 Print

Une enquête à charge sur le zoo d'Amnéville

AMNÉVILLE - «Francebleu» publie ce mercredi une grande enquête sur les coulisses de l'établissement, entre fichages de salariés, vidanges dans la nature, animaux enterrés...

storybild

Le zoo d'Amnéville compte environ 2 000 animaux, de 360 espèces différentes. (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

Rien ne va plus au zoo d'Amnéville, criblé de dettes et attaqué par 120 personnes aux prud'hommes, écrit francebleu sur son site Internet. Le média a procédé à une vaste enquête qui met en lumière les pratiques obscures en vigueur, depuis plusieurs années, au sein de l'établissement mosellan.

Ainsi, plusieurs personnes dans les bureaux du zoo auraient tenu une liste noire contenant 214 noms, un fichier Excel baptisé «Olive Black List» tenant à jour les faits et gestes des salariés, qualifiés au choix «d'élément perturbateur», «sympathisant d'association animaliste» ou «d'anti-zoo», lorsqu'ils ne sont pas suspectés d'avoir volé de l'argent dans un coffre ou de perturber un service.

Des disques durs débordaient des poubelles

«Cette liste, c'était loin d'être un secret à Amnéville, tout le monde la connaissait», a confié à francebleu une ex-employée du parc animalier, qui aurait tenté en vain d'alerter la police à ce sujet, début 2019. Une candidate à un poste d'animatrice aurait été recalée pour avoir liké sur Facebook les pages de L214, une association de défense des animaux.

Interrogé, le directeur du zoo, Michel Louis, dément l'existence d'une telle liste noire mais selon francebleu, un expert en informatique a «nettoyé les ordinateurs» lundi, comme pour effacer toute trace. Un salarié a expliqué que des disques durs débordaient des poubelles du parc, mardi...

«Entouré d'une cour»

Certains employés expliquent en outre que leur salaire a été divisé en deux parties, à partir de 2012 - un versement classique sur la fiche de paie et un autre, parfois de plusieurs centaines d'euros, en espèces. Le directeur, Michel Louis, avait aussi semble-t-il l'habitude de récompenser ses salariés «les plus méritants» par des cadeaux et des vacances tous frais payés dans des destinations exotiques (Kenya, Brésil...).

120 dossiers de salariés ou ex-employés feraient actuellement l'objet d'un traitement au tribunal des prud'hommes de Metz, dont Michel Louis, qui aurait attaqué son propre établissement pour parer à une éventuelle liquidation. L'audience aura lieu le 3 février 2020, indique encore le média. Le directeur du parc, lui, est décrit comme colérique, «entouré d'une cour» et comparé à Louis XIV.

«Un tissu d'absurdités»

D'autres salariés pointent du doigt des rejets sauvages d'excréments et de produits toxiques - issus de vidanges - dans la forêt d'Hagondange, sans que le maire de la commune ne réagisse. Le bassin des otaries, lui, fuirait depuis... 1998 et quelque 100 000 litres d'eau se déverseraient, chaque jour, dans la nature. Des dépouilles d'animaux (lion, puma, éléphant...) auraient été enterrées de façon sauvage dans la forêt. Quant à l'attraction «Tiger World», spectacle de tigres dans une arène de 1 900 places, elle est accusée par certains employés d'avoir provoqué la quasi faillite du zoo.

Le prochain épisode de la saga «zoo d'Amnéville» aura lieu le mercredi 18 décembre prochain, à la Chambre commerciale du tribunal de Metz, qui doit statuer sur la dette de 53 millions d'euros et un éventuel plan de reprise de l'établissement. Contacté par L'essentiel, le directeur, Michel Louis, évoque «un tissu d'absurdités». «J'attends de voir mes avocats avant de réagir, éventuellement. Je ne sais pas s'il est nécessaire d'entretenir la polémique mais soyez sûrs que les comptes vont se régler et que rien ne restera impuni».

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Juju le 04.12.2019 11:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ca commence a faire beaucoup...

  • Nimp le 04.12.2019 12:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fermer le zoo, je suis bien d’accord. Mais, chère Sildonie, pourquoi euthanasier des animaux qui n’ont rien demandé et en pleine santé!? Ne suffit-il pas de les transférer dans d’autres endroits capables de les accueillir?

  • lynn le 04.12.2019 12:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ sildonie ????? Euthanasier les animaux????? Sont-ils coupables de qqch? Ha si! Ils n’ont pas ouvert la bouche pour se plaindre!!!

Les derniers commentaires

  • bebettes contre bebettes le 05.12.2019 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense et j'espère que les animaux ne sont pas maltraiter. Je suis Pour les zoos, car mémé en pleine nature ils sont chasser. Je souhaite qu'une solution pour l'établissement soit trouver, avec de nouveaux dirigeants, plus compétant, et des banques plus raisonnables.

  • vvii le 05.12.2019 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous c’est gens qui donne des leçons de morale mais va qui ne font rien pour la planète ???????????? c’est les personnes là qui construisent de nouvelles maisons donc prennent l’habitat naturelle des animaux sauvages. Trop fort l’être humain ????????

  • Le Rital le 05.12.2019 08:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il suffit ne plus aller au zoo pour que cela ferme les portes. Pas de clients, pas d’argent ! Et les animaux qui restent d’où ils viennent...un zoo est une prison !!!

  • Amelie le 05.12.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    J ai toujours refusé d assister au "spectacle" des tigres. On est dans un zoo qui doit reproduire l habitat naturel des animaux y vivant en semi-liberté. Le mot spectacle est à bannir ! Je suis allée voir oū sont installés les tigres après leur "spectacle" : des cages exiguës (bien cachées) dans lesquelles, ils ne peuvent pas courir ! Et vendre du pop corn pour mettre en danger la santé des animaux : quelle aberration ! Apprendre aux enfants à respecter l animal : voilà la mission du zoo. C est bien dommage toute cette affaire :-( L habitat des gorilles et orang outans est très adapté.

  • dom le 05.12.2019 06:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La plus part qui y travaille sont des passionnés...