Nucléaire en Lorraine

09 octobre 2020 10:49; Act: 09.10.2020 11:02 Print

Une expropriation des paysans se précise à Bure

BURE - L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs a sollicité une «déclaration d'utilité publique» pour le projet d'enfouissement de déchets nucléaires.

storybild

L'Andra pourrait entamer des procédures d'expropriation afin de maîtriser la totalité du terrain nécessaire à la construction de son «Centre industriel de stockage géologique» (Cigéo). (photo: AFP/Jean-christophe Verhaegen)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour les paysans, c'est la douche froide : depuis que l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a sollicité une «déclaration d'utilité publique» (DUP) pour le projet d'enfouissement de déchets nucléaires hautement radioactifs à Bure, la menace d'une expropriation se précise. Gérard Antoine ne décolère pas. C'est dans le journal que cet agriculteur de 62 ans, maire depuis 1995 de Bure, petit village de la Meuse de 80 habitants, a découvert la manœuvre de l'Andra. L'agence a annoncé en septembre avoir déposé, début août, un dossier pour que son projet d'enfouir sur place des milliers de mètres cubes de déchets nucléaires soit reconnu d'«utilité publique». Si c'était le cas, l'Andra pourrait entamer des procédures d'expropriation afin de maîtriser la totalité du terrain nécessaire à la construction de son «Centre industriel de stockage géologique» (Cigéo).

«Demain, s'il leur manque une parcelle au milieu, ils vont imposer aux paysans de dégager, et puis terminé», s'énerve Gérard Antoine. «C'est sûr que la DUP permet ça», concède un porte-parole de l'Andra. «Mais depuis toujours, nous privilégions les achats à l'amiable. Les expropriations, c'est en dernier recours». Pour le maire, la demande de DUP est emblématique de la dégradation des relations entre les élus locaux et l'Andra, qui a implanté son laboratoire de recherche en 2000 à Bure pour étudier la faisabilité d'un stockage en profondeur des déchets radioactifs.

«Il est à Paris, caché dans ses bureaux»

«Je n'ai jamais vu (l'actuel) directeur de l'Andra à la mairie. Il est à Paris, caché dans ses bureaux. L'ancienne, elle, venait tous les 15 jours», s'indigne Gérard Antoine. «J'avais entendu les anciens dirigeants dire: "On ne fera jamais de DUP". Et là, on nous annonce ça, en plein Covid, il n'y a même pas eu de réunion, rien !» Alors que le laboratoire continue d'étendre ses galeries à 490 mètres sous terre, M. Antoine estime être mis devant le fait accompli. En 1997, «on avait voté oui pour un laboratoire, mais le site s'est transformé». Dans les années qui viennent, ce qui était un centre de recherche géologique pourrait devenir le centre national de stockage des déchets radioactifs. «Pour ça, on ne nous a pas demandé notre avis», peste l'élu. «Aujourd'hui, si on interrogeait le conseil municipal, on voterait tous contre. On nous a roulés dans la farine».

Alors, il prévient: il ne se laissera pas faire. Certes, l'Andra maîtrise déjà près de 2.700 hectares de forêts et de terres agricoles, soit près de deux fois la superficie de Nancy, à Bure et sur une soixantaine de communes alentour. Mais dans le périmètre de son projet, qui couvre 700 hectares, il lui manque encore certaines parcelles. La mairie de Bure est ainsi propriétaire de 4 kilomètres de chemins, utilisés par les promeneurs et les cyclistes, qui intéressent l'Andra. L'agence a déjà fait des propositions de rachat au maire, qui les a refusées. «Je crains que ça se termine en expropriation, mais on va voir avec notre avocat», souffle l'élu. Pour éviter cette issue, il concède ne pas être complètement opposé à «un échange» contre une parcelle située «pas loin du village».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • L'argonaute le 09.10.2020 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'un autre côté, que l'on soit pour ou contre le nucléaire, et en attendant que l'on en sorte même dans dans 10 ans, on en fait quoi des déchets actuels, on les stocke à l'air libre ?

  • dechnuc le 09.10.2020 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    pauvres pantins... alors qu'à l'origine du projet de pseudo laboratoire scientifric - voilà 25 ans ! - les populations locales, elles, avaient éventé toute la supercherie tout est analysé et expliqué là : debout ! tout envahisseur se doit d'être bouté hors du territoire

  • luxo le 10.10.2020 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ce projet est bien un véritable projet écologique et d'utilité publique. Malheureusement pour les paysan la DUP est indispensable. Par contre les autres pays, comme le Luxembourg par solidarité, devrait avoir également l'obligation de stocker des déchets nucléaires sur leurs sol au Prorata de leurs consommation d'électricité . Au GDL nous aurions souvent besoin de DUP pour la construction, des routes, des autoroutes et des pistes cyclables, sans oublier les logements sociaux. l’intérêt collectif doit primer sur le droit à la propriété.

Les derniers commentaires

  • luxo le 10.10.2020 21:43 Report dénoncer ce commentaire

    Merci à la France, qui stocke pour nous les déchets nucléaires. alors que nous ne faisons aucun effort pour limiter notre consommation d'énergie à celle que nous pouvons produire localement.

  • luxo le 10.10.2020 21:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ce projet est bien un véritable projet écologique et d'utilité publique. Malheureusement pour les paysan la DUP est indispensable. Par contre les autres pays, comme le Luxembourg par solidarité, devrait avoir également l'obligation de stocker des déchets nucléaires sur leurs sol au Prorata de leurs consommation d'électricité . Au GDL nous aurions souvent besoin de DUP pour la construction, des routes, des autoroutes et des pistes cyclables, sans oublier les logements sociaux. l’intérêt collectif doit primer sur le droit à la propriété.

  • Pat55 le 09.10.2020 16:27 Report dénoncer ce commentaire

    Dire qu'a l'origine c'était pour faire de l'exploration pétrolière, pour au final se terminer par un gigantesque dépôt de déchets nucléaires !!!

  • L'argonaute le 09.10.2020 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'un autre côté, que l'on soit pour ou contre le nucléaire, et en attendant que l'on en sorte même dans dans 10 ans, on en fait quoi des déchets actuels, on les stocke à l'air libre ?

    • caseriçi&là le 09.10.2020 19:15 Report dénoncer ce commentaire

      ben si tu veux donne ton adresse à l'ANDRA il le mettront dans ta cave (ben si ta cave fait 32 m² c'est déjà ça de caser) en même temps demande a tes voisins ce serais cool qu'ils acceptent aussi lol

    • NoComent le 09.10.2020 19:44 Report dénoncer ce commentaire

      Non, on va les enfouir à Paris puisque la pollution ils connaissent déjà ! Pourquoi empoisonner nos campagnes pendant que les décideurs sont bien à l'abri dans la capitale ? On est des provinciaux donc c'est pas grave ? Ce sont nos enfants qui en subiront les conséquences... Et après les bobos parisiens nous parle d'écologie ?

    • L'argonaute le 10.10.2020 11:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      Évidemment que personne n'en veut, c'est bien ça le problème. Et c'est naturel de ne pas en vouloir.

  • dechnuc le 09.10.2020 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    pauvres pantins... alors qu'à l'origine du projet de pseudo laboratoire scientifric - voilà 25 ans ! - les populations locales, elles, avaient éventé toute la supercherie tout est analysé et expliqué là : debout ! tout envahisseur se doit d'être bouté hors du territoire