Peste porcine africaine

11 septembre 2019 10:22; Act: 11.09.2019 17:11 Print

Une vache abattue la nuit à la place des sangliers

ARLON - Alors que la chasse aux sangliers infectés par le virus de la perte porcine africaine continue dans le sud de la Belgique, deux agents se sont trompés de cible.

storybild

Une vache a payé au prix fort la chasse aux sangliers dans le cadre de la peste porcine africaine en Belgique.

Sur ce sujet
Une faute?

Près d'un an après la découverte de deux cadavres de sangliers portant le virus de la peste porcine africaine, la sud de la Belgique continue toujours d'essayer d'abattre un maximum de sangliers, dans un périmètre de référence situé globalement en Lorraine belge et tout près des frontières avec le Luxembourg et la France.

C'est au cours d'une de ces opérations que deux agents belges du Département de la nature et des forêts (DNF) ont confondu vitesse et précipitation, rapporte La Meuse Luxembourg dans ses pages, ce mercredi. Durant une chasse de nuit, l'un d'entre-eux, originaire du centre de la province de Luxembourg, a abattu, non pas un sanglier, mais une vache qui se trouvait dans un champs français.

La Meuse Luxembourg précise encore qu'ils étaient pourtant équipés d'une lunette infra-rouge qui, normalement, aurait dû leur permettre d'avoir une vision assez précise, même la nuit. Une vache est donc tombée dans cette immense chasse aux sangliers qui se poursuit, notamment, tout autour de Messancy, où 80 sangliers ont été abattus, ces derniers mois.

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • james le 11.09.2019 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne s’agit pas de chasseurs mais d’agents belges du département de la nature et des forêts.

  • Galinette cendrée le 11.09.2019 19:49 Report dénoncer ce commentaire

    Cela me rappelle le sketch des Inconnus ...

  • Thunderbird le 11.09.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Voyons, tout le monde sait bien que les sangliers ont des cornes !

Les derniers commentaires

  • Fiona le 13.09.2019 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils s'agisse de "chasseurs", "d'agents du département", "l'ONF" ou le Pape ….. c'est une faute professionnelle, avant de tirer il faut étudier l'occupation dans le champ de tir et y regarder à 2x ou plus même pour être sûr de viser la bonne cible ! Il s'agit tout de même du maniement d'une arme, imaginez qu'il y ait eu une personne à la place de cette pauvre vache ?

  • merci les chasseurs le 13.09.2019 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Deux hypothèses restent à vérifier. Celle, assez fantaisiste, du "sandwich polonais", soit l'abandon d'une nourriture infectée par un routier. Et celle, jamais démontrée, de l'importation de sangliers, pour embellir les tableaux de chasse de grands propriétaires. Une troisième option, peu entendue jusqu'ici, mérite toutefois d'être approfondie. Celle d'un chasseur qui aurait été faire du tourisme (pour la chasse) dans une zone infectée, ou dans une zone qui n'avait pas été encore identifiée comme contaminée.

  • ofcourse le 12.09.2019 16:21 Report dénoncer ce commentaire

    les agents de l'etat abatte une vache, dur de confondre un sanglier importé par les chasseurs et le betail et oui comment un foyer peut il apparaitre comme ça chez nous? la reponse est chez nos amoureux de la nature qui tire dessus

  • le psy le 12.09.2019 13:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont vraiment doués ces agents !!! Qu’ils revoient les images d’un sanglier et d’une vache dans leur manuel..... c’est vrai un sanglier ça trompe énormément...

  • Claude GUILBERT le 12.09.2019 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Ne confondez pas les mots. Ils s'agit d'agents de la DNF (équivalent ONF ou ONCFS en France) qui exécutent des ordres d'éliminer les sangliers même de nuit pour lutter contre la peste porcine. Les chasseurs n'agissent pas de cette manière mais là c'est une situation d'urgence

    • Fiona le 13.09.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

      ok, mais peu importe, ils ont eu consigne de tuer des sangliers malades, pas une vache ! Trop facile de les disculper, ce n'est pas une excuse !