Art

24 avril 2019 10:38; Act: 24.04.2019 10:47 Print

Volé à Nancy, un tableau a été retrouvé en Ukraine

NANCY - Les autorités ukrainiennes ont saisi un tableau de l'impressionniste français Paul Signac, volé en 2018 dans un musée de Nancy, d'une valeur d'1,5 million d'euros.

storybild

Cette huile sur toile datant de 1915 qui représente des bateaux à l'entrée du port de la Rochelle avait été dérobée au musée des Beaux-Arts de Nancy en mai 2018. (photo: AFP/Sergei Supinsky)

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités ukrainiennes ont annoncé mardi avoir saisi à Kiev un tableau de l'impressionniste français Paul Signac, volé en 2018 dans un musée de Nancy (nord-est de la France), d'une valeur estimée à 1,5 million d'euros. «Nous allons pouvoir prochainement remettre au musée ce tableau», s'est félicité le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, en présentant cette toile, «Le Port de La Rochelle», en présence de l'ambassadrice de France, Isabelle Dumont.

Cette huile sur toile datant de 1915 qui représente des bateaux à l'entrée du port de la Rochelle avait été dérobée au musée des Beaux-Arts de Nancy en mai 2018. Estimée à un million et demi d'euros, elle avait été découpée et le cadre laissé sur place. «Une mission d’expertise mandatée par la justice française vient de confirmer l’authenticité de la toile» de 46 centimètres sur 55, a pour sa part précisé la mairie de la ville de Nancy dans un communiqué. Les voleurs, tous ukrainiens, ont été arrêtés, a indiqué à la presse le chef de la police, Serguiï Kniazev, précisant que le tableau a été retrouvé à Kiev, au domicile d'un homme également soupçonné du meurtre d'un bijoutier.

«Nous avons reçu des informations sur un groupe de personnes en quête d'acheteurs pour des tableaux volés en Europe, l'année dernière», a expliqué un autre responsable de la police, Serguiï Tykhonov. «Plusieurs œuvres d'art ont été découvertes, dont ce tableau, dans le cadre d'une série de perquisitions». Selon M. Kniazev, les forces de l'ordre ukrainiennes coopèrent également avec leur homologues autrichiens pour vérifier une éventuelle implication de ce groupe criminel dans le vol à Vienne d'un tableau d'un autre impressionniste français, Auguste Renoir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.