En France

16 juin 2017 11:45; Act: 16.06.2017 12:16 Print

La «voiture qui vole sur l'eau» testée à Paris

Un prototype de Sea Bubbles, le «taxi volant» électrique inventé par le navigateur Alain Thébault, a «volé» vendredi matin sur la Seine.

Seabubbles from SMALL DOTS on Vimeo.

«Le vol a été parfait», s'est félicité Alain Thébault après une demi-heure d'essais au petit matin entre musée d'Orsay et tour Eiffel, avec multiples virages ou arrêts improvisés pour laisser passer des canards. Le bateau blanc, encore un prototype et donc découvert sans «bulle» protectrice, a navigué à une vitesse oscillant entre les 12 et 18 km/h avec quatre passagers à son bord, un moyen de tester le centre de gravité, la stabilité en vol, le décollage ou le passage des bateaux dans son sillage.

Ces Sea Bubbles reprennent le principe de l'hydroptère inventé par Alain Thébault. Des «foils», sorte d'arcs en fibre de verre, sont immergés et permettent de couper les vagues, en maintenant le bateau hors de l'eau. La coque de l'embarcation, qui fonctionne sur batteries électriques, «vole» alors à quelque 50 cm au-dessus de l'eau. «Ça fonctionne comme les ailes d'un avion dans l'air et à une certaine vitesse, le Bubble se soulève», a précisé l'inventeur. «On diminue ainsi la résistance à l'avancement de 40% par rapport à un bateau sur l'eau», dit-il. «C'est à la fois un avion parce qu'on a des ailes dans l'eau, un bateau parce qu'on est posé à l'arrêt et une voiture parce qu'on veut transporter les passagers dans le plus grand confort», a-t-il ajouté.

«C'est silencieux, c'est confortable, c'est ludique», s'est félicité la maire de Paris, Anne Hidalgo, en imaginant un service de bateaux-taxis qui pourrait ainsi opérer sur la Seine. «Ça peut aller très vite si on trouve des opérateurs», dit-elle. «On peut l'imaginer dans les quatre ans. Mais je ne fixe pas de limite de temps», a-t-elle ajouté. Un exemplaire de cette «voiture qui vole sur l'eau», comme l'appelle son équipe de concepteurs, est actuellement exposé au salon Vivatech à Paris, jusqu'au 17 juin, porte de Versailles.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.