Aux États-Unis

13 novembre 2015 08:03; Act: 13.11.2015 08:07 Print

Un policier arrête une voiture sans conducteur

Google a mis en ligne une photo d'un motard de la police en train d'arrêter jeudi, pour excès de lenteur, un de ses véhicules.

storybild

La photo publiée par le géant américain de l'informatique a fait le tour du web. (photo: dr)

Sur ce sujet

«On conduit trop lentement?», déclare sur le ton de l'humour un message accompagnant la photo, publiée par l'équipe qui s'occupe du projet de voiture autonome sur sa page du réseau social Google+. «On parie que les humains ne se font pas souvent arrêter pour ce motif», ajoute le texte. La police de Moutain View, ville de la Silicon Valley (Californie, ouest) où se trouve le siège de Google, a expliqué qu'un de ses agents avait remarqué une file de véhicules qui s'allongeait derrière une voiture roulant à 24 miles par heure (38 km/h) sur une voie où la vitesse maximale autorisée est de 35 miles/h (56 km/h).

«Lorsque l'agent s'est approché de la voiture qui roulait lentement, il s'est aperçu que c'était une voiture autonome Google», a déclaré la police locale, qui reconnaît que le comportement de la voiture était «légal». La loi californienne autorise les voitures sans conducteur à circuler sur les routes où la vitesse maximale autorisée est de 35 miles/h ou moins. La police a ajouté que l'agent avait discuté avec le passager de la Google Car du fait qu'elle ralentissait la circulation des autres véhicules. Pour des raisons de sécurité, Google limite à 25 miles/h la vitesse de ses voitures autonomes. «Nous voulons qu'elles donnent une impression amicale et de proximité, et non qu'elles foncent de manière effrayante dans les rues», a souligné la firme.

Google travaille depuis plusieurs années sur ce projet de voiture sans conducteur, avec déjà plus d'un million de miles (1,6 million de kilomètres) parcourus lors de tests sur les routes aux Etats-Unis. «Après 1,2 million de miles de conduite autonome (ce qui est l'équivalent de 90 ans de conduite humaine), nous sommes fiers de pouvoir dire que nous n'avons jamais reçu de contravention!», a ajouté Google.

(L'essentiel/AFP)