Suède

22 juillet 2021 07:03; Act: 22.07.2021 08:55 Print

Des pizzas pour en finir avec une prise d'otages de 9h

Deux détenus ont pris mercredi en otages deux gardiens avant de les libérer quelques heures plus tard et la livraison de vingt pizzas au kebab.

storybild

La police devant le centre pénitentiaire de haute sécurité de Hällby, le 21 juillet 2021. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une prise d’otages de deux gardiens de prison par deux détenus dangereux en Suède s’est dénouée par leur libération mercredi soir après neuf heures de négociations et une improbable livraison d’une vingtaine de pizzas au kebab au centre pénitentiaire. Les gardiens, qui ont été libérés en deux temps dans la soirée, «n’ont pas été blessés, et vont retrouver leur famille», a expliqué à l’AFP Stina Lyles, une porte-parole de l’administration pénitentiaire suédoise.

Aux alentours de 12h30 locales mercredi, deux détenus du centre pénitentiaire de haute sécurité de Hällby, près de la ville d’Eskilstuna, étaient parvenus à s’introduire dans l’espace réservé aux gardiens de prison, selon le récit de Torkel Omnell, un autre responsable pénitentiaire. À l’intérieur se trouvaient deux gardiens de prison, qui ont immédiatement été pris en otage. Puis «nous avons dépêché un médiateur sur place» et la police a été mobilisée, a expliqué Torkel Omnell.

Deux conditions

Deux conditions avaient été posées pour libérer les otages, selon plusieurs médias suédois: un hélicoptère pour s’échapper, et vingt pizzas parsemées de viande kebab à partager entre détenus. «Oui, des pizzas ont été livrées», a confirmé auprès de l’AFP Stina Lynes. Une pizzeria locale, Hällby Pizzeria, a également confirmé avoir honoré l’inhabituelle commande, tout en expliquant avoir manqué de viande.

«Ils (l’administration pénitentiaire, ndlr) n’ont pas dit grand-chose quand ils ont commandé. Et je n’ai pas été payé, ils sont juste venus chercher les pizzas et sont repartis», a confié à la télévision publique SVT Beshar Toma, le pizzaïolo. Les deux détenus, qui purgent tous deux de longues peines pour meurtres, ont été transférés au commissariat pour un interrogatoire pour «enlèvement», selon la police.

(L'essentiel/AFP)