Étymologie

02 avril 2017 16:34; Act: 03.04.2017 12:02 Print

Des «fake news» à l'origine de la Révolution?

L'expression favorite de Donald Trump est un terme nouveau mais vieux comme le monde. Retour sur l'histoire des «fake news» de l'antiquité à nos jours.

storybild

Des textes satiriques écrits par des hommes qui ne trouvaient pas leur place dans l'Ancien régime en France et cherchaient à le déstabiliser pourraient avoir déclenché la Révolution française.

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'expression anglaise«fake news» fleurit depuis quelques mois dans les médias, sans véritable traduction en français, pour désigner une information délibérément fausse circulant généralement sur Internet. Ce terme cache une pratique ancienne, comme les libelles et «canards» du XVIIIe siècle en France. L'environnement Internet lui a donné une vigueur nouvelle. «Les mensonges éhontés font partie du discours politique depuis l'antiquité grecque et romaine», estime l'historien américain Robert Zaretsky, de l'Université de Houston. Son collègue de Harvard, Robert Darnton, trouve chez Procope de Césarée des premières traces de «fake news»: cet historien byzantin du VIe siècle avait truffé d'informations douteuses son Histoire secrète de l'empereur Justinien, sans doute pour nuire à sa réputation.

«Plus près de nous (...), on peut considérer les libelles sous l'Ancien régime comme une forme ancienne de fake news», indique Robert Zaretsky. Ces textes satiriques étaient écrits par des hommes qui ne trouvaient pas leur place dans l'Ancien régime en France et cherchaient à le déstabiliser. Certains historiens comme Robert Darnton estiment que ces écrits ont contribué au déclenchement de la Révolution française de 1789.

Canards déchaînés

De visées plus populaires, les «canards» étaient des feuilles vendues à la criée dans les rues de Paris, décrivant des faits divers imaginaires, comme, vers 1780, la capture d'un monstre chimérique au Chili. Selon Darnton, ces «canards» constituent une «version» ancienne des «fake news». Au XIXe siècle, les États-Unis voient fleurir les exemples de «hoax», canular dont le but est de faire vendre du papier.

En 1835, le journal new-yorkais The Sun fait sensation avec une série d'articles décrivant la découverte de formes bizarres de vie sur la lune, attribuée au célèbre astronome de l'époque John Herschel. Grâce à ce «Great Moon Hoax», le journal dope ses ventes. «C'est aux États-Unis et à la fin du XIXe que le terme actuel de fake news a probablement émergé», estime le journaliste américain Robert Love dans la Columbia Journalism Review.

«Fake news» à gogo

Mais c'est à l'automne 2016, pour l'élection présidentielle américaine, que l'usage du terme explose si on en croit l'envolée des requêtes pour le mot clé «fake news» dans le moteur de recherche Google. Pour l'universitaire français Pascal Froissart (Université de Paris-8), une «fake news» n'est pas une simple mauvaise information mais une «fausse nouvelle lancée en connaissance de cause dans le champ médiatique». «Propagande, publicité électorale ou canular»: ces fausses nouvelles répondent à des motivations diverses, explique ce spécialiste des rumeurs.Elles peuvent être le fait d'un site humoristique. Exemple: le «projet» de la dirigeante de l'extrême droite Marine Le Pen «d'entourer la France d'un mur payé par l'Algérie» inventé par le site parodique Le Gorafi, repris par erreur dans un journal algérien.

Une «fake news» peut être conçue comme «appeau à clics» pour attirer les consultations et accroître les revenus publicitaires d'une page web. Elle peut aussi naître de motivations idéologiques: aux États-Unis, l'histoire du «Pizzagate», mêlant réseau pédophile supposé, pizzeria à Washington et milieu démocrate, a été relayé par le site Infowars qui véhicule théories conspirationnistes et idées d'extrême droite (voir diaporama ci-contre).

«FAKE NEWS!»

Orthographié en majuscules, le président des États-Unis Donald Trump utilise ce terme de manière intensive dans ses tweets: une quarantaine de fois en 20 semaines, selon le décompte de Pascal Froissart. Sous les doigts de Trump, «fake news» signifie une information qu'il conteste vigoureusement. Cet usage surabondant est «une stratégie gagnante», selon Froissart, car «les messages de Trump qui emploient le mot "fake" sont beaucoup plus relayés que les autres».

Quelle est l'influence des «fake news» au sens premier du terme? Une étude a jugé marginal leur poids dans l'élection de Trump. L'ensemble des fake news auraient pesé pour quelques centièmes de point de pourcentage, «bien moins» que la marge avec laquelle Donald Trump a été élu, selon ce travail de Hunt Allcott (Université de New York) et Matthew Gentzkow (Stanford).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sinbad le 03.04.2017 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    Fake news = désinformation. La désinformation est un ensemble de techniques de communication visant à donner une fausse image de la réalité, dans le but de protéger des intérêts privés et/ou d'influencer l'opinion publique. Elle est parfois employée dans le cadre des relations publiques. Le sens de ce mot, apparu au dernier quart du xxe siècle et proche du terme propagande, connaît des variantes importantes selon les auteurs. Le principe de protection des sources d'information des journalistes permet de décourager la désinformation, en facilitant le recoupement et la vérification des informati

  • Poco Loco le 02.04.2017 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon rappel historique, très intéressant

  • lmht le 02.04.2017 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'en vois une de traduction possible : si ce n'est pas de la vraie info c'est de l'intox.

Les derniers commentaires

  • taz le 04.04.2017 05:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le pire c'est que ca marche...

  • Sinbad le 03.04.2017 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    Fake news = désinformation. La désinformation est un ensemble de techniques de communication visant à donner une fausse image de la réalité, dans le but de protéger des intérêts privés et/ou d'influencer l'opinion publique. Elle est parfois employée dans le cadre des relations publiques. Le sens de ce mot, apparu au dernier quart du xxe siècle et proche du terme propagande, connaît des variantes importantes selon les auteurs. Le principe de protection des sources d'information des journalistes permet de décourager la désinformation, en facilitant le recoupement et la vérification des informati

  • Pizzagate le 02.04.2017 21:59 Report dénoncer ce commentaire

    Faites tous ds recherches sur Pizzagate. Les media couvrent un scandale d'état à Washington. Et ceux qui censurent sont complices.

    • Peperoni le 03.04.2017 14:30 Report dénoncer ce commentaire

      D'ailleurs, en ce moment meme, la justice américaine procède à des centaines d'arrestation contre ces réseaux pédophiles américains.

  • lmht le 02.04.2017 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'en vois une de traduction possible : si ce n'est pas de la vraie info c'est de l'intox.

  • Poco Loco le 02.04.2017 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon rappel historique, très intéressant