Au Royaume-Uni

01 novembre 2016 13:42; Act: 01.11.2016 13:44 Print

Obligé de prouver à Apple qu'il n'est pas Saddam

La firme de Cupertino a refusé de rembourser l'achat d'un iPhone à un client confondu avec Saddam Hussein, dictateur irakien exécuté en 2006.

storybild

Le Britannique Sharakat Hussain (à g.) n'est ni un dictateur ni décédé, contrairement à Saddam Hussein (à dr.). (The Sun/AFP)

Sur ce sujet

Sharakat Hussain, 26 ans, chauffeur à Birmingham, ne s'attendait pas à être pris pour un dictateur, qui plus est décédé, en achetant un téléphone. C'est pourtant la drôle d'histoire qui est arrivée à ce client d'Apple qui a essayé de se faire rembourser un iPhone, acheté 799 livres (plus de 960 fr.) il y a plus d'un mois. Sa sœur avait refusé l'appareil offert en cadeau.

Après avoir fourni ses données bancaires au personnel du magasin pour le transfert de l'argent, Sharakat a été surpris de recevoir quelques semaines plus tard un courrier électronique de la part du géant technologique californien qui lui refusait le remboursement tant qu'il ne prouvait pas son identité. Il s'agissait d'écarter la possibilité qu'il soit Saddam Hussein, le dictateur irakien condamné à mort et pendu en 2006 pour crimes contre l'humanité. Vu son nom de famille, il pouvait en effet se trouver sur la liste du gouvernement des personnes auxquelles il est interdit de vendre des produits de la société, lui a-t-on signifié.

Excuses officielles

«Au début, j'ai cru que ce mail était un spam. J'ai été stupéfait d'apprendre qu'il était vrai. J'étais furieux d'avoir été lié à Saddam», a déclaré le Britannique au journal «The Sun».

S'étant rendu compte de l'improbable erreur d'identité, la firme Apple a ensuite présenté ses excuses officielles et a assuré que le remboursement serait effectué le plus tôt possible. «Bien que nous soyons tenus de vérifier l'identité lors du traitement d'un remboursement, le courrier qu'il a reçu était une erreur et n'aurait jamais dû être envoyé», a ajouté un porte-parole.

(L'essentiel/man)