Litige en Espagne

14 juin 2018 14:35; Act: 14.06.2018 15:27 Print

Une marque de jambon fâche Puigdemont

L'ex-président de la Catalogne a réclamé aux autorités espagnoles le retrait du commerce des jambons de la marque «Pig Demont».

storybild

Cette marque de jambon n'est pas du goût de Carles Puigdemont.

Sur ce sujet

Carles Puigdemont s'attaque à la marque de jambon «Pig Demont», dont le logo est un cochon à la coiffure et aux lunettes qui lui ressemblent. Le dossier est examiné par l'administration espagnole chargée de la propriété intellectuelle, qui a suspendu pour le moment l'enregistrement de la marque dans le registre officiel, le temps que le litige soit tranché, a déclaré jeudi, une porte-parole de cet organisme.

Cette affaire remonte à décembre, quand l'entreprise basée en Andalousie (sud) a été rebaptisée «Pig Demont» par son propriétaire Alberto Gonzalez, mais elle n'a été médiatisée que cette semaine après un entretien du chef d'entreprise à la radio Cope. Alberto Gonzalez y assurait mercredi que le nom de son entreprise venait de l'anglais «pig» (cochon) et du français «du mont», et assurait que le cochon à lunettes et aux cheveux noirs, dont l'apparence rappelle beaucoup Carles Puigdemont, n'était pas du tout inspiré par l'ex-dirigeant indépendantiste.

Marque «offensante»

«Il n'a pas la propriété de cette coupe de cheveux, le logo ne reflète pas son image (...) Qu'il se retrouve dans la caricature d'un porc, c'est plus son problème que le mien», déclarait Alberto Gonzalez. L'avocat de Carles Puigdemont, qui attend en Allemagne que la justice se prononce sur son éventuelle extradition vers l'Espagne, où il est poursuivi pour rébellion, a contesté le dépôt de la marque «Pig Demont». Me Jaume Alonso-Cuevillas a affirmé à la chaîne catalane TV3 que la marque était «offensante» et comportait une «similitude phonétique avec un nom de famille qu'il n'est pas autorisé à utiliser».

En plus des jambons, la marque commercialise également un vin pétillant baptisé «Rufian», un nom qui coïncide étrangement avec celui de Gabriel Rufian, le représentant haut en couleur d'un parti indépendantiste catalan à la Chambre des députés de Madrid.

(L'essentiel/afp)