«Boob tax»

18 octobre 2011 10:32; Act: 18.10.2011 10:57 Print

Un impôt sur les seins pour lever des fonds

Une nouvelle taxe pourrait faire bondir de 20% le coût de certaines opérations de chirurgie esthétique au Royaume-Uni, notamment les mammoplasties jusqu'alors exonérées de la TVA.

storybild

Avec la «boob tax», le Trésor britannique pourrait encaisser jusqu'à 500 millions de livres par an. (photo: dr)

Une faute?

Jusqu'à 500 millions de livres par an! (plus de 570 millions d'euros) C'est ce que compte récupérer le gouvernement britannique en appliquant la TVA sur les opérations de chirurgie esthétique pratiquées sans raison médicale et jusqu'alors exonérées.

Selon les directives du Her Majesty's Revenue and Customs (HMRC), les médecins effectuant des opérations cosmétiques doivent s'enregistrer pour percevoir la TVA et répercuter les coûts sur les patients, sauf s'ils peuvent prouver que les procédures sont menées pour des raisons médicales, a relaté The Daily Mail.

Pour le bien des patientes?

L'introduction de cette taxe pourrait faire grimper le coût d'une augmentation mammaire typique - l'intervention esthétique la plus populaire en Grande-Bretagne - de 6 078 euros à près de 7 294 euros. La différence devrait remplir les caisses du Royaume.

Fazel Fatah, président de l'Association britannique des chirurgiens plastique et esthétique, déplore ce projet d'imposition. Il estime que ces mesures pourraient «potentiellement nuire à un grand nombre de patients. Elles impliquent que toute procédure qui corrige l'apparence plutôt que la fonction n'est pas un besoin médical». Fazel Fatah relève aussi qu'il n'y a pas eu de discussions sérieuses avec les organisations professionnelles concernées.

(L'essentiel Online/gco)