Dessin «volé» par Tesla

23 juillet 2018 07:48; Act: 23.07.2018 10:11 Print

Fin du conflit autour de la «licorne qui pète»

Le patron de Tesla a trouvé un accord avec un potier qui l'accusait d'avoir reproduit sa «licorne qui pète», sans autorisation, sur des produits du constructeur automobile.

storybild

Le dessin montre une licorne lâcher un gaz dans un entonnoir relié par un tuyau à une voiture. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Tom Edwards, un artisan du Colorado, a écrit vendredi sur son site Internet que ce problème de droits d'auteur avait été résolu «de manière satisfaisante pour tout le monde», sans préciser la teneur de l'accord. Le fantasque milliardaire américain a de son côté tweeté une capture d'écran de ce même communiqué. L'affaire avait débuté l'an dernier lorsque le fondateur du constructeur de voitures électriques et de l'entreprise spatiale SpaceX avait posté sur Twitter une photo d'une tasse colorée de Tom Edwards, illustrée d'une licorne sommairement dessinée sur fond d'arc-en-ciel.

Sur ce dessin, la créature mythique lâche un gaz dans un entonnoir relié par un tuyau à une voiture. «Les voitures électriques sont bonnes pour l'environnement car l'électricité est le produit de la magie», est-il écrit sur la tasse. «Probablement mon mug préféré», avait alors commenté Elon Musk, offrant une publicité gratuite à son créateur, qui avait ensuite enregistré une légère hausse de ses ventes.

Musk «a plagié l'art de mon père!»

Mais Tom Edwards, d'abord heureux de compter l'entrepreneur d'origine sud-africaine parmi ses fans, avait ensuite changé d'avis en apprenant que l'image avait été utilisée dans du matériel promotionnel de Tesla. Elon Musk «a plagié l'art de mon père!», avait alors lancé sur Twitter la fille du potier, Lisa Prank, avant de l'interpeller: «Qu'avez-vous à dire pour vous justifier @elonmusk??». L'intéressé avait d'abord attribué le travail à un autre artiste et minimisé la polémique, jugeant que Tom Edwards devait se réjouir d'avoir vendu plus de mugs.

«Il y a eu clairement des malentendus qui ont mené à une escalade, mais je suis content que tout soit résolu», a commenté le potier de 61 ans, assurant avoir «toujours été un admirateur de Tesla». Coutumier des polémiques, Elon Musk a dû s'excuser récemment après sa violente attaque contre un spéléologue ayant aidé à sauver des enfants piégés dans une grotte thaïlandaise, considérée par certains comme la frasque de trop.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.