À Paris

28 septembre 2015 10:21; Act: 28.09.2015 13:46 Print

«Jetée» après avoir passé 30 ans à nettoyer les WC

Gabrielle Adams, 62 ans dont bientôt 30 passés à nettoyer les toilettes de monuments parisiens, est sans employeur depuis début juillet, comme dix autres «dames pipi».

storybild

Gabrielle Adams se dit «rejetée comme un chiffon» après la moitié d'une vie à nettoyer des toilettes. (photo: AFP/Sylvie Husson)

  • par e-mail

Le sort de cette «battante» sera tranché mardi par les Prud'hommes. Depuis le changement de gestionnaire des lieux d'aisance de plusieurs attractions touristiques (Sacré-cœur, Notre-Dame, Place de l’Étoile...), onze salariées, souvent âgées et comptant de 12 à 32 ans d'ancienneté, se sont retrouvées sur la touche et neuf ont saisi la justice. Pas licenciées, elles ne peuvent pas prétendre à une indemnité chômage, «on ne sait pas où on est», «c'est la première fois que ça nous arrive», en 1999 la dernière passation s'était déroulée «sans problème», raconte Gabrielle. «Ce qu'ils ont fait, c'est nous rejeter comme des chiffons. Pourquoi on se retrouve dans cette situation? Je ne comprends pas», explique cette mère de deux grandes filles, originaire du Togo.

Sans salaire (1 500 euros, ancienneté comprise) depuis près de trois mois, elle jure qu'elle «s'en sort» car son mari travaille. Et dans un sourire, affirme «garder le moral». La nouvelle entreprise, Sarivo PointWC, filiale du groupe néerlandais 2theloo, refuse d'appliquer la convention du secteur de la propreté, qui prévoit la reprise automatique des salariés. Elle fait valoir qu'elle proposera après travaux des «toilettes-boutiques» design avec un service «totalement différent», inspiré des «conciergeries de luxe». «Il veut choisir ses employés mais ne nous a même pas vues», s'indigne Gabrielle, qui demande à reprendre «son poste, comme d'habitude» jusqu'à sa retraite, car il lui manque encore «quelques trimestres». «On veut garder des pleins-temps» pas être «baladées 2 heures par ci par là» avec des contrats à temps partiel, précise cette femme aux fines lunettes. Si elle perd? «Je retournerai chercher quelques petits ménages», dit-elle. Comme à ses débuts quand elle a rejoint à 20 ans sa sœur en France.

«Les plus belles toilettes du monde»

«Elle me disait que c'était difficile mais je suis venue». Sur cette période, elle ne veut pas s'étendre: «Jetée dans la nature, je me suis construite moi-même», lâche-t-elle seulement. Après plusieurs années à faire le ménage chez des particuliers, elle signe son premier CDI à temps plein en 1986: «J'étais contente, je gagnais plus», et puis il y a «du monde qui passe». Qu'on la qualifie de «dame pipi» ne «la dérange pas», «il n'y a pas de sot métier», avoue trouver un peu ridicule le titre de «gardienne de lavatories». «Les gens ne comprennent pas». Elle a gardé chez elle, au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis, des photos des toilettes de La Madeleine, où elle a travaillé entre 2003 et 2010, «les plus belles du monde, construites en 1905, avec des mosaïques et des fauteuils cireurs».

Depuis 2010, elle tourne entre celles des Champs-Élysées, du Trocadéro, de Montmartre ou de Notre Dame, les «pires», «un bunker au fond d'un couloir, sans fenêtre». Les clients, «il y en a des bons et des mauvais, des propres et des sales», ceux là «je les surveille» et n'hésite pas «à leur faire nettoyer quand ils en mettent sur les murs». Et puis, il y a surtout ceux qui «ne disent pas bonjour et juste "toilettes free?"». Ses filles trouvent que sa situation «n'est pas normale» mais «j'en ai vu d'autres, plus dures, c'est comme ça la vie, c'est la roue qui tourne, je tiens le coup», dit-elle. La plus âgée, partie aux États-Unis, fait «sciences politiques». «C'est beau», répond-elle quand on lui demande si elle est fière. «Les autres disent que je souris tout le temps et que je suis philosophe mais ce n'est pas parce qu'il y a des problèmes que je fais la mine», «je suis battante, je fonce, je n'attends pas» et surtout «rien des autres».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • vincent soubeyran le 28.09.2015 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    et si on rendait, au niveau européen pour commencer, obligatoires et gratuites les toilettes automatiques - càd sans personnel permanent, seulement une visite technique de contrôle de temps en temps - dans tous les lieux publiques?.. aux frais de l'état càd des impôts, quoi de plus normal que d'offrir à tout le monde ce service public universel et nécessaire?.. de même pour les fontaines publiques, en retrouvant et réhabilitant les sources d'antan pour éviter d'y faire couler l'eau chlorée et traitée du réseau càd celle qu'on récupère à la sortie des stations d'épuration..

  • ancien parisien le 28.09.2015 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    pour avoir vécu des années à Paris, les "bonjour merci aurevoir" ne font pas parti du tout du dictionnaire là bas, la politesse est un concept inconnu, et pas que envers les dames pipi

  • NDYE le 28.09.2015 17:32 Report dénoncer ce commentaire

    Elle la madame "Socialiste" Hidalgo, elle en pense quoi ?

Les derniers commentaires

  • NDYE le 28.09.2015 17:32 Report dénoncer ce commentaire

    Elle la madame "Socialiste" Hidalgo, elle en pense quoi ?

  • Chacun fait c'qui lui plaît le 28.09.2015 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Madame Pipi a des ennuis...

    • Netgar le 28.09.2015 16:44 Report dénoncer ce commentaire

      Commentaire inutile et ridicule teinte' de moquerie

    • Pour Nectar l'inutile le 29.09.2015 13:52 Report dénoncer ce commentaire

      Monsieur papa s'fait du tracas ....

  • vincent soubeyran le 28.09.2015 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    et si on rendait, au niveau européen pour commencer, obligatoires et gratuites les toilettes automatiques - càd sans personnel permanent, seulement une visite technique de contrôle de temps en temps - dans tous les lieux publiques?.. aux frais de l'état càd des impôts, quoi de plus normal que d'offrir à tout le monde ce service public universel et nécessaire?.. de même pour les fontaines publiques, en retrouvant et réhabilitant les sources d'antan pour éviter d'y faire couler l'eau chlorée et traitée du réseau càd celle qu'on récupère à la sortie des stations d'épuration..

    • Ris Pons le 28.09.2015 16:10 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne sais pas si vous avez remarqué que cela a déjà commencé un peu partout dans la Grande Région. Cependant elles ne sont pas gratuites mais elles coûtent 50 cents!

  • Surfeur ou chauffeur le 28.09.2015 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    Ca fait plaisir de voir pareil sourire dans la tourmente. Comme elle le dit, il faut foncer, affronter la realite et surtout defendre ses droits...quand bien meme on s'appelle Madame Pipi... Il fut un temps ou l'entreprise etait une organisation dont le but etait de produire de la valeur ajoutee pour le client, le salarie, l'investisseur et la Societe. Quand seul l'investisseur y trouve son compte, ou va le monde?

  • ancien parisien le 28.09.2015 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    pour avoir vécu des années à Paris, les "bonjour merci aurevoir" ne font pas parti du tout du dictionnaire là bas, la politesse est un concept inconnu, et pas que envers les dames pipi