ALLEMAGNE

04 février 2013 19:31; Act: 05.02.2013 12:55 Print

Le maître-​​chanteur rend le petit-​​beurre

Un maître-chanteur, qui exigeait d'un fabricant de biscuits qu'il offre des petits-beurre à des enfants hospitalisés, a annoncé qu'il allait rendre l'enseigne dorée volée à la société Bahlsen.

storybild

Le maître-chanteur a envoyé une lettre anonyme. (AFP)

«Puisque Werni aime autant que moi le petit-beurre et qu'il ne s'arrête plus de pleurer et que le petit-beurre lui manque terriblement, je le rends!!!», a annoncé le mystérieux maître-chanteur dans une lettre adressée au quotidien régional Hannoversche Allgemeine Zeitung et diffusée sur le site Internet du journal.

«Werni» est le sobriquet de Werner Bahlsen, patron du groupe éponyme, qui fabrique des petits-beurre et autres biscuits secs depuis 1889.

Le courrier, rédigé comme le veut la tradition, avec des mots découpés dans des journaux, est accompagné d'une photo montrant la marionnette de «Macaron le glouton», personnage de la série pour enfants «1, rue Sésame» («Sesame Street» en anglais). C'est déjà ce «Macaron le glouton» qui avait revendiqué il y a une semaine le vol de l'enseigne en forme de petit-beurre doré de 20 kg accroché à cinq mètres de hauteur devant le siège du groupe Bahlsen, à Hanovre (nord).

Enquête ouverte

Il avait exigé en guise de rançon que la société offre des petits-beurre à tous les patients de l'hôpital pour enfants de Hanovre. «Ceux au lait entier, pas ceux avec du chocolat noir dessus», avait-il précisé.

Loin de croire à un canular, la police avait ouvert une enquête sur «Macaron le glouton», série dans laquelle apparaît aussi Kermit la grenouille et qui est l'un des programmes de référence des enfants allemands. Le «Muppet Show» dont Kermit est la vedette est beaucoup moins célèbre.

D'ailleurs, toute l'Allemagne s'est prise au jeu de cette rocambolesque histoire, les médias évoquant «le drame du petit-beurre qui fait la une de la presse internationale».

Quant au patron du groupe Bahlsen, il n'a cessé d'affirmer vouloir absolument récupérer son enseigne. «On ne nous fera pas chanter», avait assuré Werner Bahlsen. L'entreprise familiale, qui exporte ses biscuits dans 80 pays, a promis d'offrir 52 000 petits-beurre à 52 institutions spécialisées dans le travail social. Et juré qu'il ne s'agissait pas d'un gag marketing.

(L'essentiel Online/AFP)