Au Brésil

04 février 2018 12:33; Act: 05.02.2018 15:40 Print

Le président doit prouver qu'il est bien vivant

Michel Temer, président du Brésil, ne s'est pas présenté depuis un certain temps dans les bureaux de sa caisse de retraite. Celle-ci se demande donc s'il est toujours en vie.

storybild

Le dossier de Michel Temer a été traité comme celui de n'importe quel citoyen. (photo: AFP/Sergio Lima)

Sur ce sujet

Une caisse de retraite brésilienne a exigé de Michel Temer qu'il se présente en personne dans ses bureaux pour prouver qu'il était encore en vie, une requête insolite commentée samedi avec humour par le chef de l'État. La caisse nationale des retraités a cessé de verser sa pension de retraite en novembre et en décembre à M. Temer, 77 ans, à la tête du plus grand pays d'Amérique latine, avançant l'absence de preuve qu'il n'était pas mort.

M. Temer, qui a droit depuis ses 60 ans à une pension de retraite en tant qu'ancien procureur de São Paulo, a omis de se soumettre à une obligation imposée à tous les retraités au Brésil, qui doivent se présenter une fois par an au guichet de leur caisse de retraite pour déclarer en personne qu'ils sont encore de ce monde.

Dans une interview samedi à la chaîne RedeTV, M. Temer a plaisanté en évoquant cette mésaventure bureaucratique, rapportée cette semaine par le journal O Globo. Il s'est dit «heureux d'être traité comme un Brésilien». En octobre, il avait été victime d'une autre mésaventure: son numéro de téléphone portable avait été publié par erreur sur le site Internet de la Chambre des députés.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • brésilien insoumis le 04.02.2018 16:07 Report dénoncer ce commentaire

    M. Temer est une honte pour le Brésil, un fantoche des interêts étrangers catapulté à la présidence ensmeble au coup parlementaire qui a destitué Dilma Roussef. M. Temer a remis le Brésil dans la situation de pay sous-développé, à vendu le pétrole trouvé dans des eaux térritoriales brésiliennes et a saboté toutes les enquêtes anti-corruptions en cours, y compris contre lui-même.

  • BBlancM le 04.02.2018 17:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est à Paris ce Dimanche... Anniversaire Neymar quartier Opéra .. voilà tout est dit .....

  • Bernard le 05.02.2018 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait instaurer la même règle eu Europe.

Les derniers commentaires

  • Bernard le 05.02.2018 10:27 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait instaurer la même règle eu Europe.

  • BBlancM le 04.02.2018 17:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est à Paris ce Dimanche... Anniversaire Neymar quartier Opéra .. voilà tout est dit .....

  • brésilien insoumis le 04.02.2018 16:07 Report dénoncer ce commentaire

    M. Temer est une honte pour le Brésil, un fantoche des interêts étrangers catapulté à la présidence ensmeble au coup parlementaire qui a destitué Dilma Roussef. M. Temer a remis le Brésil dans la situation de pay sous-développé, à vendu le pétrole trouvé dans des eaux térritoriales brésiliennes et a saboté toutes les enquêtes anti-corruptions en cours, y compris contre lui-même.

    • @brésilien insoumis le 05.02.2018 16:21 Report dénoncer ce commentaire

      ben il soutient quand-même les intérêts économiques d'un certain pays et c'est cela qui compte!Triste mais vrai...