Chine

06 avril 2018 16:03; Act: 06.04.2018 16:14 Print

Les spermatozoïdes aussi doivent être communistes

Une banque du sperme de Pékin a lancé un appel aux dons en précisant que les intéressés devaient être «fidèles à la cause du parti».

storybild

Les hommes de 20 à 45 ans désireux de donner leur sperme doivent «aimer la patrie socialiste».

Sur ce sujet

«Être fidèle à la cause du Parti communiste chinois»: cette exigence surprenante est désormais imposée aux donneurs d'une des principales banques du sperme de Pékin, dans un contexte de raidissement idéologique en Chine.

L'injonction est mentionnée dans un appel aux dons lancé mercredi par l'Hôpital n°3 de l'Université de Pékin. Cet établissement hospitalier est affilié à la plus prestigieuse école supérieure du pays. Les donneurs potentiels ne doivent pas souffrir de maladies génétiques ou infectieuses, et avoir «un fond idéologique sain», indique une note publiée par l'hôpital sur le réseau social WeChat.

Les hommes de 20 à 45 ans désireux de donner leur sperme doivent «aimer la patrie socialiste, soutenir la gouvernance du Parti communiste, être fidèles à la cause du parti, faire preuve d'intégrité morale, avoir une bonne conduite, respecter la discipline et les lois, et n'avoir aucun problème politique», selon la même source.

Problème de vérification

Après deux tests médicaux, destinés à évaluer la qualité de la semence et la santé du donneur, ce dernier sera payé 5 500 yuans (710 euros), indique le communiqué. L'hôpital ne précise pas comment il compte vérifier si les donneurs satisfont aux exigences politiques. Des appels téléphoniques de l'AFP à l'établissement afin de savoir si celles-ci font partie d'une campagne gouvernementale sont restés sans réponse.

La Chine ne compte que 23 banques du sperme. Beaucoup font face à une pénurie de donneurs. D'autres centres importants de collecte, notamment dans les grandes villes de Shanghai (est) et de Canton (sud), n'imposent aucune condition politique. La campagne lancée par l'hôpital pékinois, qui durera jusqu'à fin mai, a été fustigée par plusieurs internautes moqueurs. «L'amour pour le Parti commence avec un spermatozoïde», a ironisé un commentateur sur le réseau social WeChat. «Est-ce qu'ils ont vraiment appris la biologie? Les traits acquis ne se transmettent pas à la descendance», a souligné un autre sur la plateforme de microblog Weibo.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.