En Roumanie

08 novembre 2017 11:05; Act: 08.11.2017 12:15 Print

Onze ours affamés en vadrouille en pleine ville

Onze ours, dont sept oursons, se sont promenés mardi soir à la recherche de nourriture dans les rues de Busteni, une petite ville des Carpates, où ces incidents sont récurrents.

storybild

Les plantigrades descendent de plus en plus souvent en ville, s'emparent de restes de nourriture, puis retournent dans la forêt avoisinante. (photo: Twitter)

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Quatre ourses, dont trois accompagnées chacune de deux ou trois petits, ont traversé la ville et fouillé les poubelles de plusieurs maisons», a déclaré à l'AFP Paul Sasu, chef des gendarmes de Busteni (centre), commune de quelque 10 000 habitants. Selon lui, les plantigrades descendent de plus en plus souvent en ville, s'emparent de restes de nourriture, puis retournent dans la forêt avoisinante.

«Tous les soirs, nous patrouillons pour tenter de les éloigner à l'aide de sirènes et de sifflets», a-t-il ajouté. Mardi matin, une ourse et ses trois petits ont été vus à proximité d'une supermarché Carrefour à Brasov (centre). En juin, les autorités avaient fermé l'accès à la forteresse de Dracula à Poenari (centre) après avoir constaté que les touristes se retrouvaient régulièrement face à face avec une ourse et ses trois petits.

Des attaques

Parfois ces rencontres se soldent par des attaques, plusieurs personnes ayant été hospitalisées ces derniers temps après avoir été grièvement blessées par des ours. Invoquant une multiplication des agressions et des dommages provoqués par les bêtes sauvages, le ministère de l'Environnement a autorisé en septembre l'abattage ou le déplacement de 140 ours et 97 loups, malgré les critiques des écologistes.

Selon cette décision, l'abattage sera autorisé au cas par cas, uniquement pour les animaux ayant attaqué des hommes, et sera à la charge de personnels assermentés, afin d'empêcher «la course aux trophées». La Roumanie compte environ 6 000 ours bruns, soit 60% de la population de ces plantigrades en Europe, et entre 2 500 et 3 000 loups.


(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • annaleto le 08.11.2017 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et tout cela est la faute à qui? À l homme qui a désorganisé la nature .... pauvres ours :(

  • Roxy le 08.11.2017 20:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les pauvres!Les hommes détruisent la nature et se sont toujours les animaux qui payent.Quand il y a de la pauvreté il y a aussi la cruauté.S'il dérangent ils seront abattus.Problèmes résolus!

  • Yves le 08.11.2017 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    C'est probablement à cause des missiles qu'ils ont installés en Roumanie

Les derniers commentaires

  • Roxy le 08.11.2017 20:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les pauvres!Les hommes détruisent la nature et se sont toujours les animaux qui payent.Quand il y a de la pauvreté il y a aussi la cruauté.S'il dérangent ils seront abattus.Problèmes résolus!

  • Yves le 08.11.2017 13:53 Report dénoncer ce commentaire

    C'est probablement à cause des missiles qu'ils ont installés en Roumanie

  • annaleto le 08.11.2017 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et tout cela est la faute à qui? À l homme qui a désorganisé la nature .... pauvres ours :(