En France

28 juin 2018 09:34; Act: 28.06.2018 10:41 Print

Un championnat du monde d'équitation sans cheval

Des centaines de personnes vont s'affronter en septembre, en Vendée, dans des épreuves de saut d'obstacle ou de dressage, en chevauchant un bâton orné d'une fausse tête de cheval.

storybild

Les participants vont utiliser de fausses têtes de cheval. (photo: Dpa)

Une faute?

Faire de l'équitation sans cheval... C'est le défi que vont relever des centaines de participants au championnat du monde de cheval à deux pattes, qui va se tenir le 29 septembre aux Herbiers (Vendée). Le principe de cette compétition loufoque: une soixantaine d'équipes, composées de deux à six membres, vont s'affronter dans des épreuves de saut d'obstacle ou de dressage en chevauchant un bâton orné d'une fausse tête de cheval.

«C'est décalé mais sérieux. Il va y avoir une vraie compétition», prévient Philippe Maindron, l'organisateur. «Les candidats vont déjà devoir fabriquer leur cheval. On doit se présenter avec de beaux chevaux, bien dressés. Et les cavaliers vont devoir exceller en tout», assure-t-il. Pour pouvoir concourir, chaque équipe a dû compléter un dossier de sélection dans lequel il était notamment demandé de recopier 20 fois «je serai champion du monde de cheval à deux pattes» ou encore de conjuguer le verbe «galoper» au plus-que-parfait du subjonctif.

Des milliers d'adeptes en Finlande

Parmi les participants, Axel et Inès, qui assurent avoir des «équidés bipèdes, nourris avec des super-carottes, et qui ont suivi les meilleurs entraînements» ou encore cinq amis bretons, qui expliquent avoir dû mettre récemment un terme à leur carrière «à cause d'un contrôle antidopage». «Les candidats viennent de toute la France, mais aussi de Belgique, d'Espagne ou de Grande-Bretagne», poursuit Philippe Maindron, précisant qu'il demandera des attestations sanitaires à chaque cavalier «en raison de l'épidémie qui touche les chevaux en ce moment». La discipline, également appelée «hobby-horsing», compte des milliers d'adeptes en Finlande et ce «mondial» a d'ailleurs reçu le soutien de l'ambassade de Finlande en France.

«Curieusement, ils ont adoré. Ils ont vu le second degré de l'histoire. Ils ont aussi dit que c'était une belle façon de parler du hobby-horsing. Du coup, ils sont partenaires de l'événement. C'est énorme!», lâche l'organisateur. La manifestation sera parrainée par l'acteur Guillaume Canet. «Je pense que le cheval à deux pattes a de très belles années devant lui. Je vais bientôt lancer une pétition pour que le cheval à deux pattes devienne une discipline olympique pour les prochains JO. C'est une vraie réponse aux problèmes de société», ironise Philippe Maindron. Cet entrepreneur vendéen de 57 ans n'en est pas à son coup d'essai. Cocréateur du festival de musique de Poupet, à Saint-Malô du Bois (Vendée), il est aussi à l'origine de la Meule Bleue, une course à mobylette destinée à «lutter contre la morosité», réunissant des chefs d'entreprise et leurs salariés.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Francky le 28.06.2018 10:48 Report dénoncer ce commentaire

    ça fait du bien, un peu de légèreté dans l'actualité

  • Sagga le 28.06.2018 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    ahah c'est marrant :) Vidéo SVP

Les derniers commentaires

  • Sagga le 28.06.2018 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    ahah c'est marrant :) Vidéo SVP

  • Francky le 28.06.2018 10:48 Report dénoncer ce commentaire

    ça fait du bien, un peu de légèreté dans l'actualité