À Londres

08 février 2018 15:24; Act: 08.02.2018 17:25 Print

Un monstre de graisse issu des égouts est exposé

Les curieux pourront observer, dès vendredi, dans un musée londonien, un fragment d'une «banquise de graisse» qui bouchait un égout de la capitale britannique.

storybild

Huit fois par heure, un client de la compagnie des eaux subit un blocage causé par des déchets évacués par les canalisations ou qui y sont jetés mais ne devraient pas l'être. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Cette masse solide comme un roc, constituée de graisses et de lingettes jetées dans les toilettes, a été retrouvée dans des égouts dans l'est de Londres en septembre et sera exposée à partir de vendredi, au Museum of London. «La "banquise de graisse" dit quelque chose de l'évolution de Londres», a expliqué Sharon Robinson-Calver, responsable de la conservation des collections au musée.

«Aujourd'hui, nos égouts sont menacés par une crise: huit fois par heure, il y a un client de Thames Water (NDLR: la compagnie des eaux) qui subit un blocage causé par des déchets évacués par les canalisations ou qui y sont jetés mais ne devraient pas l'être». Une population grandissante et des régimes plus riches en graisse ont conduit à ce problème, ainsi qu'un réseau datant en partie de l'époque victorienne.

«Comme du béton»

Mais le monstre de 250 mètres de long et de 130 tonnes a choqué jusqu'aux égoutiers habitués à chasser ces «fatbergs». «C'est un véritable monstre qui demande beaucoup de main-d’œuvre et de machines pour être enlevé», avait commenté à l'époque de son évacuation, Matt Rimmer, chef des réseaux déchets de Thames Water. «C'est comme essayer de briser du béton». Exposer cette horreur sous vitrine est un défi pour le musée car il s'agit d'«un matériau extrêmement dangereux, grouillant de bactéries et libérant de petites quantités de gaz toxiques», a déclaré Robinson-Calver.

«L'échantillon que nous avons pris pourrait contenir des aiguilles hypodermiques, des préservatifs ou des matériaux sanitaires, et est certainement capable de propager des maladies».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • j-pierre le 09.02.2018 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je vois la masse de déchets solides ou liquides qui se retrouvent d'une façon ou d'une autre dans la nature et qui, avec une population qui s'accroît sans cesse ne risque pas de diminuer, je pense que ce système de consommation nous mène à une véritable catastrophe.

Les derniers commentaires

  • j-pierre le 09.02.2018 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je vois la masse de déchets solides ou liquides qui se retrouvent d'une façon ou d'une autre dans la nature et qui, avec une population qui s'accroît sans cesse ne risque pas de diminuer, je pense que ce système de consommation nous mène à une véritable catastrophe.