En Suisse

17 juillet 2017 18:08; Act: 18.07.2017 12:47 Print

Un speed dating à l'église, le mariage fixé dans un an

Des paroissiens ont une année pour former un couple, car la date du mariage est déjà fixée. L'expérience vise à contrer le recul des unions religieuses.

storybild

Les couples délaissent de plus en plus les cérémonies à l'église pour leur union. (photo: Maxpixel's Contributors)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Deux pasteures suisses vont tenter une expérience plutôt inhabituelle avec leurs paroissiens, raconte le journal suisse NZZ. En effet, dans l'église réformée de Stäfa, un mariage aura lieu dans exactement une année, un mois et un jour. Mais les futurs époux ne se sont pas encore choisis, et ne se connaissent pas encore. En effet, les deux femmes de foi veulent contrer le recul des cérémonies religieuses. Elles ont donc écrit à tous leurs paroissiens célibataires ou veufs, pour les inviter à une séance de speed dating.

Regroupés par âge sur les bancs, les participants répondront ensuite aux questions des pasteurs pour apprendre à se connaître. L'animation sera suivie d'une réception en plein air, où le charme devrait opérer. Les heureux «gagnants» seront finalement conviés à s'unir le 18 août 2018 dans l'église de Stäfa. À cette cérémonie sera conviée toute la communauté, peu importe ses croyances.

Les réactions ont été très positives face à cette idée peu conventionnelle, explique Diana Trinkner, une des deux pasteurs. Seuls quelques croyants ont exprimé leur réserve, se demandant si l'église avait vraiment pour rôle de jouer les entremetteuses. Pour l'officiante, c'est pourtant le cas, puisqu'elle doit accompagner les gens dans toutes les étapes de leur vie. «Nous baptisons et confirmons, mais nous faisons peu pour les adultes sans enfants, ni partenaire», regrette Diana Trinkner. Pour cette activité hors du commun, déjà 40 participants se sont annoncés, nés entre 1933 et 1993. Ils se rencontreront lundi soir. «L'avantage, c'est que ce cadre est plus sécurisé qu'un site de rencontres, poursuit Carolina Costa. C'est rassurant».

(L'essentiel/rmf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bad buzz le 18.07.2017 13:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule, le mariage, l'amour ne sont pas un business ou un jeu. Et après on s'étonne de la perte de crédibilité de l'église ou qu'elles se vident. On attend d'une église plutôt la charité, la vertu, l'humanisme, le respect de ses principes,... Et la foi, la confiance en Dieu... Venant de non-croyants on ne verrait rien de choquant, mais enfin si l'église elle-même ne croit plus c'est grave pour ceux qui sont chrétiens.

  • bibi le 19.07.2017 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l article ne fait pas référence à des catholiques, il n y a pas de femmes pretre chez nous...

Les derniers commentaires

  • bibi le 19.07.2017 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l article ne fait pas référence à des catholiques, il n y a pas de femmes pretre chez nous...

  • Bad buzz le 18.07.2017 13:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule, le mariage, l'amour ne sont pas un business ou un jeu. Et après on s'étonne de la perte de crédibilité de l'église ou qu'elles se vident. On attend d'une église plutôt la charité, la vertu, l'humanisme, le respect de ses principes,... Et la foi, la confiance en Dieu... Venant de non-croyants on ne verrait rien de choquant, mais enfin si l'église elle-même ne croit plus c'est grave pour ceux qui sont chrétiens.

    • bad news le 18.07.2017 16:26 Report dénoncer ce commentaire

      +1 à force de vouloir ratisser large on tombe dans le n'importe quoi