Découverte étonnante

09 novembre 2017 09:19; Act: 09.11.2017 11:46 Print

Une sauterelle morte s'invite sur un Van Gogh

Un musée du Missouri a fait une drôle de découverte en étudiant au microscope un Van Gogh: une sauterelle, cachée près du coin inférieur gauche de l’œuvre depuis 128 ans.

storybild

L'insecte a été découvert au coin inférieur gauche de l'œuvre.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Mary Schafer, directrice du musée d'art Nelson-Atkins de Kansas City, a aperçu le petit insecte marron en étudiant le tableau « Les Oliviers» peint par le maître néerlandais en 1889. «J'essayais de comprendre la construction de l’œuvre en étudiant ses différentes couches, et c'est comme ça que j'ai trouvé le corps de cette petite sauterelle», a-t-elle expliqué. «C'est une manière marrante de porter un nouveau regard à ce Van Gogh», a-t-elle ajouté.

Cette découverte peut s'expliquer par l'habitude qu'avait l'artiste de peindre en extérieur, où le vent faisait souvent voler insectes, poussières et brins d'herbe. «J'ai dû ramasser une centaine de mouches sur les quatre canevas que tu vas recevoir, sans parler de la poussière et du sable», avait par exemple écrit Vincent Van Gogh dans une lettre adressée à son frère Théo en 1885.

Déjà mort

Le peintre néerlandais n'est cependant pas responsable de la mort de l'insecte, à qui il manque l'abdomen et le thorax. Selon le paléontologue de l'Université du Kansas Michael Engel, aucun signe de mouvement n'a été retrouvé autour de l'insecte sur la toile, signe qu'il était déjà mort quand il y est arrivé.

Les conservateurs et les directeurs du musée d'art Nelson-Atkins se sont lancés dans de nouvelles analyses - à l'aide notamment d'ultraviolets, de rayons X et de microscopes - de leurs 104 œuvres françaises pour les voir sous un nouveau jour. «Les Oliviers» fait partie d'une série de 18 tableaux consacrée à ces arbres et peints par Van Gogh à Saint-Rémy-de-Provence en 1889, dans l'asile où il était interné. Il est mort l'année suivante.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.