États-Unis

27 août 2018 21:45; Act: 28.08.2018 10:08 Print

À force de péter au travail, il se retrouve au chômage

Depuis mars, «Paul Flart» ravissait ses abonnés Instagram en publiant des vidéos le montrant lâcher des flatulences à son poste de travail. Il a fini par se faire virer.

Une publication partagée par Paul Flart (@paulflart) le 25 Août 2018 à 8 :47 PDT

Sur ce sujet

Au milieu des mannequins, blogueurs de voyage et autres starlettes, le compte Instagram de «Paul Flart» avait le mérite de se démarquer. Fin mars, cet agent de sécurité américain a conquis le coeur de nombreux utilisateurs du réseau social en postant une vidéo pour le moins surprenante: assis à son poste de travail, dans un hôpital de Floride dont il aimait l'acoustique, l'employé lâche un pet sonore. Rien de plus, rien de moins.

Dans un premier temps, l'Américain s'est contenté d'envoyer les images à sa bande de potes. Ses copains ont trouvé la vidéo tellement géniale que le jeune homme de 31 ans s'est décidé à la rendre accessible au monde entier, via Instagram. Cette première publication ô combien poétique a réalisé un carton considérable et permis à l'agent de sécurité de conquérir 70 000 followers.

Galvanisé par ce succès encourageant, «Paul Flart», dont le vrai prénom est Doug, a continué son petit manège et posté régulièrement des vidéos de ses «œuvres». Après des mois de gloire et d'amusement, le trentenaire a cependant connu un coup d'arrêt: il a perdu son job jeudi, raconte VICE. L'entreprise de sécurité pour laquelle Doug travaillait a en effet estimé qu'il avait enfreint les règles de la société en matière d'utilisation d'un téléphone portable au travail et qu'il s'était filmé en uniforme sur la propriété d'un client, ce qui est formellement interdit.

«Paul Flart» a retransmis son licenciement en direct sur Instagram. L'employé a assuré n'avoir jamais révélé le nom de l'hôpital ni le logo de sa société dans ses vidéos, mais son patron n'a rien voulu savoir.

Paul Flart's Last Day from Beckett Mufson on Vimeo.

Qu'à cela ne tienne, Doug ne compte pas renoncer à sa nouvelle célébrité. Il encourage ses fans à le soutenir en lui versant des dons et envisage de lancer ses propres produits labellisés «The Fart Authority» (la police du pet). Fier de son œuvre, le trentenaire estime que ses vidéos «transcendent tous les langages». «Il n'y a aucune traduction nécessaire, c'est juste rigolo. Je fais toujours rire les gens, sourire les gens,» se félicite-t-il.

Peu inquiet après son récent licenciement, Doug déborde d'idées pour continuer de faire exister «Paul Flart»: «On va continuer à faire du contenu. On peut par exemple faire «Paul Flart» en vacances», se réjouit le trentenaire. Ses 72 500 abonnés trépignent d'impatience.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Eole le 27.08.2018 22:27 Report dénoncer ce commentaire

    que du vent!

  • HarleyGirl le 27.08.2018 23:13 Report dénoncer ce commentaire

    Licencier un si grand poète... quelle perte inestimable pour cette entreprise lol

  • Matt le 28.08.2018 06:25 Report dénoncer ce commentaire

    72 500 abonnés qui attendent des vidéos d'un pêteur... perdre son emploi pour cela... j'espère que cela est une blague montée de toutes pièces...

Les derniers commentaires

  • CHAVAGNE Michel le 29.08.2018 21:11 Report dénoncer ce commentaire

    bien fait pour cet homme ...................

  • nez sensible le 29.08.2018 18:51 Report dénoncer ce commentaire

    j'avais 1 kiné qui puait grave de la bouche, chaque fois qu'elle ouvrait la bouche je retenais mon souffle dégouté. j'ai réclamé chez la chef, elle a murmuré qch tout en connaissant le problème, sans le résoudre. j'ai changé de kiné, et sans puanteur

  • mimi le 29.08.2018 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un jour dans une nouvelle structure je suis arrivé et j ai vu des traits notes sur un calendrier J ai demandé ce que c était Et on m a répondu En rouge concours de pet et en vert concours de rot.... de mon bureau j entendais ces gens. Imaginez que ce genre de personnage dégage un manque d éducation et d intelligence

  • Gerty Tottlemayer le 29.08.2018 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ça sent pas bon!

  • petitevoix le 28.08.2018 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plus de respect !!!